Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Passer à la télé

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Jean-Jacques Goldman
Compositeur : Jean-Jacques Goldman
Editée par : Réserves

Version originale
Année : 2002
Interprétée par : France d'Amour
Distribuée par : Tacca Musique

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
2002 France d'Amour CD France d'Amour TACD 4524 (Canada)
2002 France d'Amour CD France d'Amour (France)


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Aucune reprise connue.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

À force d'être aux pieds de mes téléviseurs
À force d'y abandonner ma cervelle et mes heures
À force de rester sur le pas de leur porte
Va falloir que je pousse, que je goûte à ces émotions fortes

J'apprendrai à chanter, j'apprendrai à jouer
Si c'est pas trop compliqué, je pourrai même apprendre à danser
Si ça suffit pas non plus je danserai toute nue
Et s'il en faut encore vous pouvez disposer du corps

Je ferai n'importe quoi, tout ce qu'on me demandera
Quand la vie c'est l'image, alors qui a le choix ?

Ou je crève en coulisse dans votre anonymat.
Faudrait pour que je puisse à tout prix m'échapper de moi
Passer à la télé, passer à la télé

Je ferai de la politique au parti du scandale
Une place au générique, c'est ma lutte finale
Je ferai pleurer mon père et même si on me damne
J'aurai des enfants clairs et prêts pour les écoles de fans

J'accoucherai en direct, au milieu d'une secte
Putain, nonne ou lady qu'importe où tout est travesti
Gros plan sur mes orgasmes prête à tous les fantasmes
On ferait pas ça pour du pognon, mais à la télévision

Je ferai n'importe quoi pour qu'on parle de moi
Fini la Somalie quand les caméras sont parties
Y'a plus de mort plus d'otage quand il n'y a plus d'image

Mon tour est arrivé
Je vais enfin pouvoir exister, passer à la télé
Enfin exister, passer à la télé

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu

Sacha Reins : Il y a bien une jeune génération, celle de "Star Academy"

Jean-Jacques Goldman : Cela relève d'un autre phénomène. Nous sommes en pleine ère warholienne et son quart d'heure de célébrité. Il fut un temps où il y avait une relation entre le talent, le savoir-faire et la célébrité. Ce rapport a disparu. On peut devenir star parce qu'on est présentateur de télé, ou parce qu'on a beaucoup souffert. Ou simplement en se montrant sur le petit écran.

Je marche à l'instinct
Journal du Dimanche, le 29 avril 2002


Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu



C'est pour moi la meilleure chanson du moment. Rien que pour cette chanson, l'album de France d'Amour est une réussite. Bon, je sais, j'en fais un peu trop mais il est vrai que le texte est percutant et la musique et les arrangements sont très très réussis.

Dans ce texte, il met en exergue tous nos penchants pour le voyeurisme et lexhibitionnisme, qui sont mis en valeur par des émissions de télé comme Loft Story ou Le bigdil, où le but premier est souvent, à mon sens, de se ridiculiser.

On a l'impression que dans notre société le but ultime est d'être célèbre cinq minutes par le biais de la télé.

C'est cela que dénonce JJG dans cette superbe chanson. Elle est assez "rock" pour mettre en avant les paroles. Il va assez loin dans les situations, mais il me semble qu'il n'est pas loin de la vérité. C'est une des rares chansons avec des mots assez crus et c'est vrai que ça change. Pour moi le dernier paragraphe résume assez bien son idée.

Christophe Pateyron
En passant, 3 mars 2003



Le texte se rapproche fortement de celui de "Les choses", notamment quand il écrit dans une conclusion un brin agressive : "Je veux, l'image, l'image et c'est tout ! Le bon langage, les idées qu'il faut, c'est tout ce que je vaux !" D'où deux nouvelles tendances de JJG : attaquer la société de consommation comme à la belle époque de "Sans un mot" et utiliser des mots plus crus pour varier son style comme dans "Un goût sur tes lèvres".

Matthieu Reynaert
En passant, 15 mars 2003



 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris