Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Alain Etchegoyen sur Canalchat
(Canalchat.com, le 17 janvier 2000)

Alain Etchegoyen sur Canalchat
Canalchat.com, le 17 janvier 2000

Alain Etchegoyen a crit avec Jean-Jacques Goldman "Les pres ont des enfants" (Seuil). Le philosophe milite pour un rle accru des papas. Messieurs, unissez-vous !

Eric : Pourquoi avez-vous crit votre bouquin avec Jean-Jacques Goldman ?

Alain Etchegoyen : Parce que je l'aime !

Nicolas : Connaissiez-vous Jean-Jacques Goldman avant ? Qu'est-ce qui vous a pouss crire cet ouvrage ensemble ?

Alain Etchegoyen : Je l'ai connu l'occasion d'une mission de radio, chez Kriss, sur France Inter. Elle m'avait demand qui j'avais envie d'inviter que je ne connaissais pas. J'ai dit "Jean-Jacques Goldman" en premier. Il est venu. Nous avons sympathis et nous nous sommes vus souvent avec nos enfants, 9 au total - 6 chez moi et 3 chez Jean-Jacques Goldman !

Nicolas : Concrtement, comment se sont passs vos entretiens ? Etait-ce rgulier , chacun travaillait dans son coin ?

Alain Etchegoyen : Nous avons enregistr des heures et des heures chez moi, chez lui ou la campagne, puis nous avons lu et relu Jean-Jacques ne voulait pas s'arrter de corriger !

Zazon : Quels sont vos points communs ou vos divergences sur le rle du pre ?

Alain Etchegoyen : Nous avons beaucoup de points communs en ce qui concerne l'autorit, le rle de la sanction, la responsabilit, mais nous avons des diffrences notamment sur la distribution des rles. Au dbut, Jean-Jacques considre que le premier rle du pre est de rendre la mre heureuse; quant moi, je suis plus un pre "nourricier".

Fred : Etre pre aujourd'hui, est-ce plus dur qu'avant ?

Alain Etchegoyen : Oui, c'est la fois plus difficile et plus exaltant. Je crois que les hommes peuvent retrouver des plaisirs dont on les avait privs.

Richard : Quels sont les plaisirs dont on avait priv les pres ?

Alain Etchegoyen : On les avait privs de la proximit avec les enfants, du temps pass avec eux, par exemple ?

Kilo : Un pre, quoi a sert ? :-))))

Alain Etchegoyen : Le pre a un rle beaucoup plus important aujourd'hui : Les femmes travaillent, les couples se font et se dfont, le pre reprsente donc une stabilit essentielle. De plus, c'est aujourd'hui un vritable choix. De ce fait, quand un pre ne s'occupe pas de ses enfants aprs une sparation, ceux-ci en souffrent car ils sont convaincus que c'est un choix et que leur pre ne les aime pas

Max : L'IVG fte ses 25 ans. Que pensez-vous de son bilan ? Et en quoi est-ce que cela a modifi le rle des parents, des relations ado-parents?

Alain Etchegoyen : Ce n'est pas tant l'IVG que la rgulation des naissances en gnral. La gnration de Jean-Jacques et de moi-mme a certainement t la gnration la plus en rupture avec la gnration prcdente. Vous avez un symptme clair dans nos connaissances musicales : Nous ignorions tout ce qu'coutaient nos parents dans les annes 50 alors que nos enfants connaissent trs bien les Beatles, les Rolling Stones ou mme Claude Franois.

Laurent : Avez-vous abord la religion dans vos entretiens, car elle affecte des rles diffrents aux parents ?

Alain Etchegoyen : Nous en parlons assez peu. Nous parlons davantage de l'alcool, de la drogue, de la politique, des tudes, du sport et aussi de l'ennui.

Samy : Avez-vous eu des soucis avec vos enfants pour crire un ouvrage sur ce sujet ?

Alain Etchegoyen : Non, au contraire, nous avons tous les deux plutt de la chance. En fait, nous avons commis des erreurs dont nous nous sommes rendus compte en discutant entre nous. Vous savez, c'est trs rare, trop rare, que deux hommes discutent entre eux de la paternit alors que les femmes parlent sans cesse entre elles de la maternit.

Fadeway : Est-il plus facile d'tre un pre avec un ou plusieurs enfants ?

Alain Etchegoyen : Il est plus facile de l'tre avec plusieurs videmment ! On perd ses angoisses, on coute moins les conseils des mdecins et autres psy. Les enfants aiment tre nombreux.

Detiny : Que pensent vos enfants ainsi que ceux de Jean-Jacques de votre bouquin ?

Alain Etchegoyen : Ils taient trs inquiets jusqu' la sortie du livre. Nous avons gomm leurs prnoms (sauf une coquille !). Ils nous ont plutt bien reconnus. Il n'y a pas eu trop d'indignation.

Rmy : Parlons de la drogue : Quelle est la meilleure position prendre quand votre enfant se drogue ? Enfin quand je dis meilleure, j'entends celle qui vous parat la plus juste vos yeux

Alain Etchegoyen : D'abord, nous pensons tous deux qu'il faut leur faire d'autres propositions pour qu'ils vitent la drogue; ensuite il faut suivre leurs frquentations en invitant leurs amis chez nous - a fait un peu ringard mais c'est essentielQuand la drogue a commenc, il faut, je crois, tre ferme, et surtout prendre des mesures financires pour viter la fuite en avant.

Marc : L'alcool est, je pense, le problme le plus important des jeunes aujourd'hui. Qu'en pensez-vous ?

Alain Etchegoyen : Il s'agit toujours de faire d'autres propositions, de passer du temps avec eux. Comme nous ne sommes pas alcooliques, et Jean- Jacques encore moins que moi, nous avons du mal livrer notre exprience sur la question.

Richard : Est-ce que vos femmes ont lu votre livre ? Qu'en pensent -elles ?

Alain Etchegoyen : C'est une terrible question ! La mienne a trouv que les femmes taient trs absentes de mes propos. La mre des enfants de Jean- Jacques l'a bien reconnu.

Fabien : Pensez-vous que les parents jouent bien leur rle ?

Alain Etchegoyen : Leur rle n'a jamais t aussi difficile qu'aujourd'hui car les enfants sont soumis des influences trs diverses qu'on ne connaissait pas auparavant : "vido", " tl", "Internet", "radios", "jeux"," pubs", "copains", etc. Cela dpend des cas, mais on constate que la plupart des sportifs qui ont russi, comme Zidane ou Anelka par exemple, taient trs intgrs dans une famille qui s'occupait d'eux , quel que soit leur milieu d'origine.

Molly : La paternit, c'est une valeur qui va s'affirmer selon vous ?

Alain Etchegoyen : Certainement. Elle correspond de vrais choix aujourd'hui. Avant, le "pre absent" c'tait normal. Mais il y a encore du chemin faire. Voyez les trente-cinq heures : Les premires enqutes montrent que les femmes dgagent du temps pour leurs enfants et les hommes pour la pche ou autre chose. Honte aux hommes ! Mais a volue quand mme. L'autre jour l'cole de mes derniers, l'instit avait organis un petit djeuner avec les parents : Il y avait une majorit de pres

Jeremy : Avez-vous quelques conseils nous donner pour devenir "plus" pre?

Alain Etchegoyen : Alors j'y vais : Il faut s' en occuper trs tt tant mieux si la mre ne nourrit pas ! On peut tout faire ds le dbut, leur donner le biberon, des potages. On peut tout faire quoi. Profitons de l'absence des femmes qui travaillent !

H20 : Ne pensez-vous pas que les problmes sociaux dans les quartiers dits difficiles proviennent dans la majorit des cas d'une absence d'autorit parentale ?

Alain Etchegoyen : C'est vrai. C'est un travail de l'cole. C'est ce qu'on a essay de faire avec ce dialogue : donner envie aux pres de parler entre eux de la paternit sans rougir, sans fausse honte, avec plaisir.

Laurie: Mon mari ne voit pas beaucoup ses enfants pour des raisons professionnelles. Il prouve un manque certain. Comment le combler ?

Alain Etchegoyen : C'est presque toujours un choix que l'on fait aujourd'hui. Faites-lui lire nos entretiens

Richard : Comment Jean-Jacques est-il en tant que pre : autoritaire, souple ?

Alain Etchegoyen : Il est ferme, trs ferme et affectueux la fois. Il l'explique trs bien dans ce livre quand il parle du rapport l'argent ou du travail insuffisant d'un de ses enfants.

Jrme : Le rle des pres a-t-il volu aujourd'hui ?

Alain Etchegoyen : Il volue, il doit voluer et il voluera encore; puisque la famille volue, se dcompose, se recompose, puisque les femmes travaillent, puisque la rgulation des naissances est comprise, puisqu' il y a plus de temps libre.

Dan : Pourquoi Jean-Jacques n'est-il pas venu chatter avec vous ?

Alain Etchegoyen : Vous connaissez son principe de discrtion dont il ne dmord pas. On en a cent exemples. Il n'a fait aucune interview pour le livre puisqu'il s'agit dj d'un entretien. De plus, il ne voulait pas que la presse ragisse en fonction de sa notorit mais du contenu. Un magazine clbre nous a propos toute sa couverture s'il y avait un entretien Et je ne parle pas des demandes de photos avec tous nos enfants !

Al Tot : Est-ce que les pres ne vont pas devenir les nouvelles "mres" des annes 2000 ?

Alain Etchegoyen : Un pre qui s'occupe de ses enfants devient une mre ! Pourquoi ? Chacun a son rle et les enfants n'ont pas trop de deux piliers !

Vivian : Y a-t-il une faon idale d'duquer ses enfants ?

Alain Etchegoyen : Pour les pres ? Il faut passer du temps avec eux d'abord, faire des choses avec eux et pour eux, leur indiquer les limites avant que ce ne soit le gardien d'immeuble ou le flic qui le fassent. Il faut leur apprendre s'ennuyer surtout : nous passons trop de temps vouloir occuper nos enfants. Ils ne deviennent libres que s'ils apprennent ne pas tre trop occups. D'ailleurs en franais, "libre" est toujours le contraire d'"occup" (cf. : le tlphone, les toilettes, les rendez-vous ou les zones durant la guerre !!)

David : Vous tes professeur, non ? La situation est-elle aussi explosive que nous la dcrivent les mdias ?

Alain Etchegoyen : Je suis prof au lyce Louis Le Grand (peu de cas sociaux !!!) et au lyce Galile en ZEP Gennevilliers. La situation n'y est pas explosive car les patrons n'ont pas d'tats d'me. Ils savent indiquer des limites. Mais c'est vrai que c'est moins fatiguant d'enseigner dix heures de suite Louis Le Grand (ce que je faisais avant) que trois heures de suite en ZEP

Jean-Claude : Le rle des grands-parents est-il important ?

Alain Etchegoyen : Il l'est de plus en plus du fait des dcompositions et recompositions familiales.

Hlne : Pensez-vous que l'cole a aussi un rle jouer dans l'ducation des jeunes ?

Alain Etchegoyen : Bien sr, pour la civilit, pour le civisme, pour la citoyennet, mais elle ne peut jamais remplacer le rle continu des parents et notamment du pre.

Marc : Y a-t-il des formations pour aider devenir "parent" ? Moi, a me fout la trouille : au fond, on n'y connat rien avant d'avoir eu des enfants, non ?

Alain Etchegoyen : Je n'y connaissais rien non plus. Je n'y tais pas prpar. Je crois que ce qui guide le plus, c'est le principe de responsabilit. A partir de ce principe, on improvise beaucoup de choses, on ne peut plus seulement suivre des recettes ou rpter des traditions.

Nathalie : Vous dites que vous pouvez sans doute plus aider vos enfants aujourd'hui que votre pre avec vous. Concrtement, que faites -vous en plus ?

Alain Etchegoyen : Il ne faisait rien ! Concrtement, je suis un pre nourricier, du dbut la fin de la journe, j'prouve un vritable plaisir voir un enfant manger du potiron, des pinards ou du poisson frais. Je suis un adversaire irrductible du surgel, du micro-onde et des petits pots. Et puis il y a tout le reste, le sport, les jeux, le cin, etc.

Richard : Est-ce que les femmes sont prtes lcher du lest au profit des pres ? Est-ce que le poids de notre ducation ne fait pas obstacle ?

Alain Etchegoyen : Beaucoup de femmes renoncent se battre contre des pres machos. Elles ont tort mais pas autant que ces pres !

Samou : Quel accueil votre livre a-t-il reu auprs des "pros" des enfants (pdiatres, etc.) ?

Alain Etchegoyen : a m'est compltement gal. Nous avons voulu viter tous ces dbats en partant de nos expriences avec nos enfants et aussi de ce que nous voyons autour de nous comme checs ou russites.

Canalchat : Merci beaucoup Alain, le mot de la fin ?

Alain Etchegoyen : Hommes, unissez-vous pour discuter de la paternit ! C'est un beau sujet de conversation. Il faut dpasser cette pudeur instinctive qui limite vos conversations au rugby et au foot que JJG et moi adorons cependant !


Retour au sommaire - Retour l'anne 2000

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris