Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

NRJ Saint-Omer 102.3
(Mai 1998)

NRJ Saint-Omer 102.3
Mai 1998

NRJ : Jean-Jacques Goldman, bonjour et tout d'abord merci de nous accorder une nouvelle fois une interview sur NRJ. Avant tout, on a vu normment de monde, des bouchons l'entre du concert, les trois dates sur la rgion Nord-Pas-de-Calais sont pleines et archicompltes, est-ce qu'il y a d'autres dates de prvues ?

Jean-Jacques Goldman : J'ai vu en arrivant un panneau avec une date en novembre, m'a-t-il sembl ?

NRJ : Eventuellement il y aura une tourne des campagnes, je me souviens il y a quatre ans la tourne des petites villes, c'tait hyper sympa.

Jean-Jacques Goldman : Je sais pas, je sais pas encore, c'est--dire que l on est parti jusqu'au mois de dcembre pour faire la tourne conventionnelle, on va dire celle des grandes villes, puis aprs faut voir si on a encore du jus, si on a encore envie, si on s'entend encore bien, si on a encore envie de tourner et de faire des petites salles, mais j'espre.

NRJ : Un nouvel album que tout le monde connat maintenant depuis quelques mois qui s'appelle "En passant". On a un peu l'impression de retrouver le Jean-Jacques Goldman des annes 1981, lors de ses dbuts, au niveau scnique principalement c'est--dire qu'il n'y a plus Carole Fredericks comme on a vu avec les choeurs de l'Arme Rouge galement, on retrouve un peu Goldman le solitaire, est-ce que je me trompe ou est-ce c'est l'impression que vous avez voulu donner au public ?

Jean-Jacques Goldman : J'ai rien voulu donner comme impression, simplement les chansons sont venues comme a, c'taient des chansons plus solitaire, des chansons plus acoustiques, elles ont t comme a, mais de la mme faon j'avais pas d'a priori quand j'ai fait le duo ou le trio avec Carole et Michael, c'est simplement que les chansons qui venaient taient des duos ou des trios, donc ce sont les chansons qui dcident.

NRJ : Des inspirations. En parlant justement des ces fameuses chansons, les inspirations on les trouvent o, c'est une question que je me suis toujours pos, parce que vous crivez pour Cline Dion et pour un tas de personnes, vous crivez galement pour vous forcment, et je veux dire, a n'arrte pas, il y a une machine quelque part, quelque chose de secret ? Le secret Jean-Jacques Goldman ?

Jean-Jacques Goldman : Non, non, d'abord y en a pas tant que a, je dois faire peut-tre une chanson par mois, mme pas, si vous faites le compte. C'est une faon de voir les choses, c'est--dire je peux lire un article de journal, discuter avec quelqu'un, par exemple, je sais pas, je me rends compte en discutant avec des femmes qu'elles sont trs curieuses de connatre leur rivale par exemple, bon a tout le monde peut le remarquer en discutant. Je le note quelque part puis je fais "Je voudrais la connatre" pour Patricia. Je peux lire un article dans le journal ou voir un truc la tl, par exemple je vois un championnat d'athltisme, puis tout coup je vois Gabr Slassi par exemple qui est un coureur thiopien, tout coup son visage avec toutes les camras qui fondent sur lui et lui il y a vraiment un visage extrmement naturel avec un vrai sourire, bon ben je fais la chanson "Le coureur" ! a vient en regardant les choses.

NRJ : En me regardant ou en nous regardant, pas de ?

Jean-Jacques Goldman : Peut-tre, je vais peut-tre faire une chanson sur un joli p'tit couple qui travaille la radio.

NRJ : Un sondage, justement on parlait des femmes il y a quelques minutes, un sondage ralis il y a quelque mois vous mettait en tte du hit-parade des personnalits franaises toutes catgories confondues, prfres des femmes, est-ce qu'y a un remde galement pour a ?

Jean-Jacques Goldman : Ah j'tais pas au courant de a, non je crois pas, c'est spcifique au Nord alors.

NRJ : Le Nord parlons-en, puisque si je ne m'abuse vous avez t pendant quelques annes sur la mtropole lilloise, est-ce que le retour sur Lille comme les annes prcdentes a vous rappelle des souvenirs, des bringues, des bons souvenirs, des mauvais souvenirs galement ?

Jean-Jacques Goldman : Non, j'ai que des bons souvenirs ici, j'ai jamais t tellement bringueur, simplement j'avais un copain qui tait trs bringueur et qui le 20 du mois venait me taper parce qu'il avait plus de sous, un gars justement avec qui j'avais fait un groupe, qui tait bassiste, mais non je faisais dj de la musique j'allais rue Meurin, je jouais dans certaines facs, des petits clubs autour, voil.

NRJ : C'est quand mme d'en arriver l'heure o vous tes l aujourd'hui, de voir un petit peu toute la carrire qui est effectue, si je ne m'abuse vous avez aid cirer des chaussures, vous avez travaill dans un atelier de cordonnerie, il y a mme une chanson d'ailleurs par rapport a. L'volution, a n'a rien voir de la cordonnerie la chanson, il y a toujours des cordes, mais c'est pas les mmes ?

Jean-Jacques Goldman : Non, non j'ai jamais travaill dans une cordonnerie, j'ai simplement travaill dans un magasin de sport o il y avait beaucoup de chaussures et il fallait les cirer. J'ai beaucoup cir de pompes, mais bon. Il y a justement une gamine qui est venue l backstage, en me disant qu'elle faisait des chansons et qu'elle voulait... elle me demandait un conseil, je lui ai dit, ben, travaille, dj t'auras plus de problme de loyer, alors dj elle tait trs tonne que je lui dise a. Mais bon, de la musique, tu peux en faire quoi 4 5 heures par jour, bon ben y en a 24 par jours, il en reste quand mme 18 ou 19 pour faire autre chose, voil.

NRJ : Donc a c'est vraiment le secret de Jean-Jacques Goldman pour russir, aujourd'hui c'est bosser, bosser, bosser, parce que le show-biz a fait pas vraiment de cadeau ?

Jean-Jacques Goldman : Non mais y en a d'autres qui ont des facilits, qui arrivent sans jamais travailler, par exemple Johnny 15 ans c'tait une star. Y a pas de secret, chacun fait son chemin, chacun sa faon.

NRJ : Bon, le Nord on en parle. Vis--vis de Lille, on va passer un tout petit peu plus loin dans le Pas-de-Calais, Jean-Jacques Goldman, je crois que le football c'est quelque chose qui vous intresse plus ou moins, je me souviens d'une rencontre avec Jacques Glassman lors d'un concert, Lens champion de France, votre impression, est-ce que vous suivez le championnat un peu ?

Jean-Jacques Goldman : Oui, oui, oui je le suis. Paris c'est vraiment une ville particulire, parce que, autant quand tu arrives Toulouse, quand tu arrives Lens, Nice, les gens sont fans de leur quipe, tandis qu' Paris y a pas vraiment la mme mulation. C'est comme un chanteur, quand il chante dans sa ville, quand Charllie Couture chante Nancy, je suppose qu'il se passe quelque chose ou quand Cabrel chante Toulouse ou Agen, nous quand on chante Paris, tous le monde s'en tape, il n'y a pas cet esprit de clocher, quand tu es de Paris tu es un peu de nulle part. Donc moi je suis vraiment le championnat en aimant le football, et c'est vrai que l'avnement de Lens, a a t un peu comme l'avnement de Nantes pendant un moment, a fait un peu plus plaisir quand mme parce que c'est des quipes qui doivent leur succs leur esprit essentiellement et pas un mga-budget.

NRJ : Encore des contacts avec Jaques Glassman, qui revient, qui a eu pas mal... je dirais qui a pass une mauvais priode, l a commence aller mieux, vous vous voyez encore, quelles sont vos relations avec Jacques ?

Jean-Jacques Goldman : Je le vois pas rgulirement mais, ds qu'il est Paris ou dans la rgion, il m'appelle, ou il m'envoie des petites cartes, et donc je l'ai vu il y a pas trs longtemps, mais je sais pas o en est sa situation exactement, mais j'ai lu dans l'quipe, que la Fdration se penchait un petit peu sur son cas, ce qui serait quand mme la moindre des choses.

NRJ : Vis--Vis de la Coupe du Monde, un pronostic de Jean-Jacques Goldman, hormis la France, bon on peut y croire, je sais pas ?

Jean-Jacques Goldman : Bien sr on peut y croire, bien sr, puis mme sans tre chauvin, il y a quand mme une belle quipe, et puis il y a des bon joueurs, ils ont gagn plein de Coupes d'Europe cette anne, que ce soit Leboeuf, Zidane, tous, on peut y croire, mais bon les pronostics sont tous les mmes, de coeur c'est la France, artistiquement c'est le Brsil, raisonnablement c'est l'Allemagne, et puis outsiderement, parce qu'ils sont toujours l, les Italiens, en gros, et puis videmment il y aura des grosses surprises. Tout le monde le souhaite.

NRJ : On va plus du tout parler sport, quoique, l'effet boys band, a a t un effet qui a tout cass, qui a l'air plus ou moins de se tasser, quand vous avez vu arriver ces beaux jeunes garons, au torse velu et muscl, a a t quoi la raction de Jean-Jacques Goldman, est-ce que c'est pass totalement comme une lettre la poste, ou bon ouais ?

Jean-Jacques Goldman : Non, moi d'abord je les dfends systmatiquement, parce que tout le monde les attaquent, donc il suffit d'attaquer pour que je me mette de ce cot l. Chaque fois qu'on me demande a, moi je leur rponds en gnral que les Jackson Five, c'tait des boys band, et puis que le chanteur de East 17, je sais pas comment il s'appelle, mais c'est un super bon chanteur, que les gens soient un tout petit peu srieux, puis qu'ils voient ce qu'il y a de mauvais et ce qu'il y a de bon, il y a peut-tre une bonne chanson dans un des albums, et puis que personne va aller chercher, mais bon bref, peu importe.

NRJ : La reprise par Mel Groove, de "Pas toi" une chanson forcment de Jean-Jacques Goldman, a c'est pass comment cette reprise. La premire fois qu'on a entendu a, c'est vrai que a faisait un peu bizarre d'entendre une chanson de Goldman chant par un duo, trio mme, par les Mel Groove ?

Jean-Jacques Goldman : Ben, lgalement il n'ont pas me demander mon avis, parce que si toi demain tu veux chanter une chanson des Beatles, tu peux le faire sans leur demander leur autorisation, il suffit simplement de le dclarer la Socit des Auteurs qui reversera les droits. A partir du moment o une chanson est sortie, n'importe qui peut la prendre. Ils ont eu la gentillesse de me demander mon avis, et moi, mme sans entendre, en plus je trouve leur version bien, mais mme sans entendre je suis pour qu'on reprenne les chansons parce que moi j'ai normment chant les chansons des autres, j'ai chant des chansons d'Hendricks, de Deep Purple, des Doobie Brothers, et je pense qu'ils n'auraient pas aim mes versions, et moi je le faisais vraiment avec passion, donc je suis pas du tout contre.

NRJ : Les Victoires de la Musique. Jean-Jacques Goldman on ne le voit jamais avec sa victoire de la musique la main, on le voit d'ailleurs mme pas du tout sur les victoires de la musique, trs rarement passer, coucou c'est moi, je chante une chanson et je m'en vais, est-ce que c'est quelque chose que vous fuyez, ou est-ce que les victoires en elles-mmes a ne vous intresse pas ?

Jean-Jacques Goldman : J'ai eu dj deux ou trois victoires, je sais pas combien exactement, mais j'en ai eu, mais j'y allais pas, parce que j'aimais pas l'organisateur, et puis parce que je me disais que c'tait un truc pour nous faire plaisir et que moi mon plaisir c'est de regarder les victoires la tl et de pas y tre, et l j'y suis all deux fois de suite, la premire fois parce que je trouvais que c'tait joli de chanter avec Khaled, de nous voir tout les deux, c'tait pas inutile et cette anne j'y suis all parce que l'organisation est nouvelle, qu'il y avait besoin un peu d'un coup de main, et puis moi je suis pour la crmonie des victoires, c'est pas forcment ma tasse de th mais je trouve que c'est la fte de la profession, et je me sens solidaire de cette profession.

NRJ : On parle d'actions comme a, de solidarit, a nous fait forcment penser aux Restos du Coeur, Jean-Jacques Goldman, l'un des pionniers des Restos du Coeur, chaque anne, Restos du Coeur, Goldman est l plus tous les autres artistes qu'il ne faut pas oublier, est-ce que vous tes prts vous battre pour d'autres actions ?

Jean-Jacques Goldman : Faut faire des choix, justement on vient de me demander un truc, bon, j'ai expliqu la personne qu'on peut pas tout faire, puis l c'est pas des actions qui prennent normment de temps, l videmment c'est trs visible, on s'occupe de l'aspect mdiatique des Restos du Coeur, dont les Restos du Coeur ont besoin, et c'est nous de le faire parce que c'est notre mtier et parce qu'y a personne d'autre pour le faire aux Restos, mais la limite on le fait parce que c'est notre boulot, de la mme faon qu'il y a plein de bnvoles qui servent les repas parce que c'est leur faon de collaborer, il y en a d'autres qui s'occupent de l'administration, nous ont est des mdiatiques, on s'occupent de cet aspect l, le plus srieusement possible, c'est pas un engagement plus que n'importe quel citoyen qui va dcider de donner un peu de son temps aux autres.

NRJ : Jean-Jacques Goldman c'est quelqu'un de rancunier, je pense a par rapport l'album "Singulier", le double livret au milieu avec tous les articles de presse, a c'tait trop bien, c'est quelque part un rglement de compte, pourquoi ce petit rglement avec tous les articles de presse ?

Jean-Jacques Goldman : Je suis trs rancunier, ouais, extrmement rancunier, maladivement rancunier.

NRJ : Les projets, pour terminer, de Jean-Jacques Goldman ? La dernire fois c'tait, je vais crire un album pour Cline Dion, vu ce que a a donn, est-ce qu'il y a autre chose prvu ?

Jean-Jacques Goldman : Alors, j'ai crit un deuxime album pour Cline Dion, qui est en cours, l on a fait les voies, donc il est presque fini, il faut que je le mixe, je le mixerai pendant la Coupe du Monde, et je finirai vraiment les derniers mix vers septembre octobre, et il sera prt vers la fin de l'anne.

NRJ : Et bien Jean-Jacques Goldman merci, la moto a tourne toujours bien ?

Jean-Jacques Goldman : a tourne toujours, l pas trop en tourne, parce que c'est tout fait dconseill pendant les tournes, mais l demain je rentre Paris et je vais voir si tout marche.

NRJ : Jean-Jacques Goldman, merci, et puis bientt dans la rgion.

Jean-Jacques Goldman : Merci vous en tout cas.


Retour au sommaire - Retour l'anne 1998

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris