Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Goldman est de retour
(Nord Eclair )

Goldman est de retour
Nord Eclair
16 mai 1998 Auteur : S.B.

[annonce en premire page] Goldman est de retour

[photo lgende] (Le sourire de Goldman et une folle ambiance au Znith)

[commentaires] Ils taient 6 000, des fans de tous ges, pour voir ce grand garon qui envoie ses notes d'amiti du cote du cur. Et quand la musique est bonne, a donne un beau retour comme hier soir sur la scne du Znith Lille. Jean-Jacques fera de nouvelles haltes dans notre rgion en octobre (c'est dj plein) et en novembre.

[article] [titre] Goldman, plus prs de nous...

[sous-titre] Revenu de L-bas, Goldman fait un beau retour en force sur une scne aux lans d'amiti et de fidlit. Six mille personnes hier soir au Znith de Lille.

[premire photo avec le titre suivant] Un garon simple pour un retour de dlire : 6 000 fans venus hier rendre hommage celui qui traverse les ges et les scnes comme il lui plat.

Cette fois-ci, c'est une ambiance d'amiti masculine, qui tranche nettement avec les churs de l'arme rouge...

[seconde photo avec le titre suivant] Il leur a dit merci de n'avoir pas chang. Les six mille en question le lui ont bien rendu.

[article] Un garon discret mais qui sait dplacer 6 000 fans de tous ges. Un homme en toute simplicit, mais avec canon de vraie neige plastique et faux clairs du Nord, une batterie de lumires et une cavalerie d'images vido. Jean-Jacques Goldman est de retour, pareil ce qu'on en dit dans les journaux : jean noir et il charbon, tee-shirt gris et sourire limpide, sans fausse note, pour faire honneur ce qu'il s'est choisi pour valeur : un peu de modestie, beaucoup d'amiti, des mots simples qui ne grappillent jamais trop loin du cur... Il est revenu, sans arme rouge mais avec Michael Jones, sans Carole Fredericks mais avec quelques vieux succs, sans ide vraiment prcise de ce qu'il allait cette fois-ci pouvoir offrir a son public dans cette tourne qui l'emporte pour plusieurs mois. Alors, c'est Goldman un peu plus nu qui s'est montr hier : un gentil homme que l'on crirait volontiers en un seul mot.

Ce qu'on a follement aim : le sourire de Goldman quand il laisse son public chanter. Et mme s'il fait crire les paroles sur crans gants des fois qu'on en ait oubli les plus jolis mots, la petite valse de ce dialogue en va-et-vient chahuteur et chaleureux avait de quoi entraner les plus statiques. Et puis le solo de Goldman au violon, comme devant le jury d'une premire anne de conservatoire, crisp sur l'instrument, sublime de ne pas vouloir mal faire.

Ce qu'on a follement aim : Le public, bigarre, colore, enthousiaste, pres venus accompagner leurs fistons, maman venue seule pour changer un brin de bonheur contre une soire foot, jeunes filles avec quelques rides et la nostalgie de leurs annes bac, couples d'amoureux pour se dclarer la flamme avant qu'elle ne vacille... Trois heures durant, ceux-l n'ont pas dmrit, offrant a Jean-Jacques Goldman la vue imprenable d'une foule totalement dvolue et si joliment fidle.

Ce qu'on a bien aim : le clin d'il de Jean-Jacques Goldman son rpertoire. Du premier album au plus rcent, des titres moins connus et d'autres inoublis, un montage vido des photos de Jones et Goldman pour remplacer Brett Sinclair et Dany Wilde et retracer l'histoire d'une amiti depuis le petit groupe Tai Phong jusqu'en... 2040, tous deux rendus vieillards par la magie de la technique vido, chantant encore devant un tout petit parterre de mamies enivres. Et puis encore un dbut de concert comme une fin de soire en taverne : sans femme et avec beaucoup de complicit, une table entre mecs o la bire sert de caresse.

Ce qu'on a aim tout court : des morceaux qui se chantent comme dans les disques, pour pouvoir les suivre et s'en rendre fiers : Elle a fait un bb toute seule, L-bas, Quand la musique est bonne... Et l'amusante digression sur un de ses morceaux en version jazz, hard-rock, reggae, rap, tango... Imaginez tout a sur "quoi que je fasse, o que je sois, rien ne t'efface, je pense toi".

Ce qu'on a moins aim : une premire partie un brin fastidieuse et facile ; on a invent la mise en jambes interactive, pour 20 minutes : une camera qui se promne dans le public, choisit ses cibles et les rebalance sur crans gants avec en incrustation les invitations au bisou-bisou, prouve-que-tu-l'aimes, peut mieux faire... Le tout en rythme techno pour tre de son temps. Au del des 5 minutes, a lasse.


Retour au sommaire - Retour l'anne 1998

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris