Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Quand la musique est bonne...
(Paris-Normandie / Le Havre Libre / Le Havre Presse, 22 mai 1995)

Quand la musique est bonne...
Paris-Normandie / Le Havre Libre / Le Havre Presse, 22 mai 1995
Propos recueillis par Philippe Deneufve
Retranscription de Linda KUZNICKI

Dans le cadre de leur "Tourne des campagnes", Fredericks, Goldman et Jones se sont produits dans la salle polyvalente de Turretot. Mille places avaient discrtement t mises en vente dans le canton de Criquetot dans le but d'offrir la possibilit ceux qui ne peuvent se rendre dans les grandes villes, pour assister habituellement aux concerts, de vivre un grand spectacle.

Claude Samard et Rogers, musiciens de studios, ont eu pour tche de chauffer la salle en premire partie. Ils avaient dcid de raconter l'histoire de la guitare, au travers d'instruments cordes ramens de diffrents voyages travers le monde. Conquis, le public a fortement t imprsionn par les deux virtuoses. Aprs une pause, un projecteur a point son feu sur une silhouette installe derrire un clavier, celle de Jean-Jacques Goldman, ou J.J. pour les fans. Installs sur des chaises, les menbres de l'assemble ont, tour tour, vu appartre les musiciens du groupe dans une premire partie acoustique. La guitare de Michal Jones s'est doucement fait entendre avant que la trs swingante Carole Fredericks arrive sur scne telle une reine du gospel, qu'elle est vraiment. Sans se faire attendre, l'ambiance est monte dans la salle, titre aprs titre, succs aprs succs, jusqu' ce que, n'y tenant plus, le public quitte les siges pour venir danser et s'approcher de la scne. De plus en plus dure, la musique paule par des effets de lumires fantastiques et des projections sur grand cran, a totalement enthousiasm l'assemble. Aprs prs de deux heures de spectacle, les rappels ont rserv encore une surprise au public, la prsence d'une quinzaine de membres des choeurs de l'ex-Arme Rouge.

Les voix graves, fortes et slaves des quinze en uniforme se sont mles aux sons des instruments du groupe, visiblement heureux de se produire dans une petite salle. Lorsque les lumires se sont rallumes, beaucoup ne ralisaient pas encore que leurs idoles taient venues Turretot.

Ayant assist au spectacle avec beaucoup de plaisir, Charles Revet, dput, maire, prsident du conseil gnral, s'est dit ravi d'avoir pu acceuillir un tel spectacle dans sa commune et a eu une pense pour tous les bnvoles qui ont particip l'installation de la salle, ainsi qu'au dmontage de l'ensemble. A Turretot, on risque d'en parler pendant longtemps dans les chaumires...

Rencontre: Jean-Jacques Goldman en "tourne des campagnes"

Philippe Deneufve: Pourquoi avoir choisi Turretot comme lieu de concert ?

Jean-Jacques Goldman: Turretot est le premier concert d'une srie de seize dates d'une tourne appele "La tourne des campagnes". L'ide est ne partir des quatre concerts que nous avons donns dans la petite salle parisienne "Le New Morning", en faveur d'Amnesty International. L, nous plaquions deux accords de guitare, ils taient bien l, contrairement l'impression que nous avons dans une grande salle. Nous nous sommes dit que ce serait sympa de faire une tourne dans des petites salles, et pourquoi pas en dehors des grandes villes, afin d'offrir le spectacle un public qui ne peut pas toujours se rendre facilement en ville.

Philippe Deneufve: Le fait que le public soit assis, est-ce un choix de votre part ?

Jean-Jacques Goldman: Oui. Tout comme au New Morning. Cette configuration la difference d'autres petites salles comme le Bataclan, o le public debout, a plus un esprit "rock".

Philippe Deneufve: Entrer dans une petite salle n'veille-t-il pas en vous le souvenir de vos dbuts avec le groupe Ta Phong ?

Jean-Jacques Goldman: Certes, tout comme a me rappelle galement les bals que j'animais encore avant, mais les choses sont bien diffrentes aujourd'hui. Par ailleurs, si j'crivais en anglais cette priode, c'est tout simplement parce que mes influences venaient du rock anglais et amricain. Avec le recul, il faut bien avouer que c'tait mal crit, juste avec le niveau d'anglais du lyce. Le jour o j'ai compris que je pouvais crire en franais, en pratiquant la mme musique rock que j'aimais, je l'ai fait.

Philippe Deneufve: Samedi,vous sortez votre quatrime album avec Fredericks et Jones "Du New Morning au Zenith". Est-ce l votre formation dfinitive ?

Jean-Jacques Goldman: J'aime crire pour plusieurs voix et chaque fois que j'cris, je pense eux. Mme si un jour l'envie me prend d'crire quelque chose de plus intime que j'interprterais, alors, seul, il n'y a actuellement aucune raison pour que notre collaboration cesse.

Philippe Deneufve: Pourquoi ne vous voit-on jamais dans les festivals et rarement la tlvision ?

Jean-Jacques Goldman: Je n'aime pas les festivals, car les gens achtent un billet pour une srie de concerts et en font ensuite l'amalgame sans retenir prcisment chaque prestation. Je prfre la formule concert indpendant. En ce qui concerne la tlvision, les missions o je pourrais apparatre se font rares. A part "La vie des animaux", o pourrait-on me voir ? (rires)

Philippe Deneufve: Vous venez d'crire l'album de Cline Dion et deux chansons pour Johnny Hallyday. Avez-vous des projets pour d'autres artistes ?

Jean-Jacques Goldman: Je viens de terminer l'criture de deux chansons pour Khaled. Il me l'avait demand, il y a prs d'un an. Nous nous sommes mis d'accord sur deux titres "funk oriental".

Philippe Deneufve: Aprs la tourne des campagnes, quels sont vos projets ?

Jean-Jacques Goldman: Prendre des vacances et me mettre l'criture du prochain album, qui sortira dans un an.

[Lgende photo] Jean-Jacques Goldman: "Offrir le spectacle un public qui ne peut pas se rendre facilement en ville".


Retour au sommaire - Retour l'anne 1995

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris