Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Alternatif : suite et faim
(Voir, 19 mai 1994)

Alternatif : suite et faim
Voir, 19 mai 1994
Laurent Saulnier
Retranscription de Monique Hudlot

Le premier sujet de cette semaine devait tre la nouvelle production de Starmania, l'affiche du thtre Saint-Denis depuis une semaine, et qui y tient l'affiche jusqu'au 4 juin. Sauf que de Starmania, il n'en sera pas question. Parce que mardi dernier, seule la premire partie nous a t prsente. Un des acrobates, Marc Batistel, ayant malheureusement subi une blessure la tte pendant cette premire partie, et Luce Dufault ayant de srieux problmes vocaux, le second acte a d tre annul. Prompt rtablissement tous, et on vous en reparlera la semaine prochaine. Ou l'autre d'aprs.

Passons donc un autre sujet. Comme, par exemple, chose dont j'ai entendu parler quelques reprises au cours des derniers mois. Il y aurait donc eu, au sein du comit scrutin de l'ADISQ, des discussions trs srieuses concernant l'ajout d'une catgorie rock alternatif pour la prochaine remise des Flix en octobre 94. Vous imaginez le coup de pouce incroyable que a pourrait donner la scne alternative qubcoise ? Vous imaginez les trois joyeux lurons des French B monter sur la scne pour recevoir un Flix ? Vous imaginez les allums de B.A.R.F. en costard, une statuette la main ? Vous imaginez les gars de Groovy Aardwark sur la scne de la Place des Arts ? Vous imaginez la diffrence que a pourrait faire pour un groupe comme Banlieue Rouge que son nom soit prononc devant plus de deux millions de tlspectateurs ? Vous imaginez l'exposure que a reprsente pour n'importe quel groupe alternatif ? Sauf qu'on est encore au Qubec, et que ce fameux comit a, malheureusement, refus cette proposition. Alors qu' peu prs partout au monde, il existe une catgorie alternative dans ce genre de remise de prix discographiques. Le jour o l'on comprendra que certains groupes trangers dits alternatifs vendent plusieurs dizaines de milliers de compacts au Qubec, on comprendra peut-tre galement que l'alternatif est aussi une industrie, rentable et commerciale.

Le jour o on assimilera compltement le fait que Metallica, par exemple, a dsormais accompli le fameux cross-over, on laissera peut- tre les guitares acoustiques dans le placard pour quelques annes. Le jour o on sortira dans la rue pour parler aux vrais consommateurs de musique, on ralisera peut-tre que lorsqu'on a quinze ans, il est difficile de s'identifier un chanteur qui en a quarante. Le jour o on comprendra qu'on peut faire un album pour pas trop cher, et ainsi tre capable de rcuprer son investissement sans avoir besoin de vendre 50 000 compacts, on prendra probablement plus de chances.

Ce rle d'investisseurs dans l'alternatif qubcois devrait tre rempli autant par les compagnies qubcoises que par les multinationales. Si Francis Martin enregistre pour le compte d'une multinationale sans que l'album ne paraisse dans aucun autre pays que le Qubec, pourquoi ne pas tenter le coup avec un groupe alternatif ?

Mais les majors ont un rle additionnel. Celui d'amener ici des produits autres que l'habituel mainstream. Un exemple. Il y a quelques annes, PolyGram ne voulait pas presser ici les albums de Stephan Eicher, considr, l'poque, comme un produit trop marginal. Le 12 juillet, aprs seulement un an et demi de travail, le mme Eicher se produira au Thtre du Forum.

Les multinationales se doivent de lancer des produits marginaux. Pour donner l'exemple. Si nous sommes en contact, prix abordables, et pas aux tarifs d'importation, avec du rock alternatif en franais, peut- tre ferons-nous, par effet d'entranement, nous aussi du rock alternatif en franais. Si nous ne sommes confronts qu' l'alternatif anglophone, et qu'en franais nous n'entendons que de la chanson, est- il vraiment possible de concevoir de l'alternatif en franais ?

Imaginez, par exemple, qu'une compagnie comme PolyGram ait mis autant d'effort sur Noir Dsir que sur Maurane. Imaginez, par exemple, que Virgin ait insist autant sur La Mano Negra que sur Renaud. Imaginez, par exemple, que BMG ait insist sur Les Wampas plutt que sur Laurent Voulzy. La vision que nous avons de ce qui se passe musicalement ailleurs dans la francophonie serait videmment trs diffrente. Et, fort probablement que la musique d'ici le serait aussi.

Cette anne, cependant, ces mmes multinationales ne semblent plus vouloir mettre l'accent sur le rock (quoiqu'aux dernires nouvelles tout le catalogue de Noir Dsir devrait finalement tre disponible en pressage domestique, dans la foule de l'album enregistr en concert), mais sur le rap francophone. EMI a dj mis sur le march le compact de Soon E MC, et il devrait venir nous visiter l't prochain; PolyGram, de son ct lance cette semaine le deuxime album de MC Solaar, intitul "Prose Combat"; tandis que Virgin sortira le fameux "Ombre et lumire" des Marseillais d'IAM, qui devraient se pointer sur une des scnes extrieures des FrancoFolies montralaises.

On vrifiera dans quelques mois, ou quelques annes, si ces nombreuses parutions ont une incidence sur la production de rap francophone qubcois de la mme faon que La Mano Negra a profondment influenc Me, Mom & Morgentaler; que Les Garons Bouchers ont beaucoup touch Vilain Pingouin; et que l'on sent chez Cardinal et ses Bedos et Sarazino des relents des Ngresses vertes.

Tout a est videmment risqu. Mais regardons les choses sous un angle diffrent. Connaissez-vous Wild Strawberries, Love Jones, Wild Colonials, Stuttering Jones ? Pourtant ce sont des albums reus rcemment au journal et distribus par des multinationales. Combien de compacts pensez-vous qu'ils vont vendre de ces groupes ?

Pourquoi ne pas faire paratre plutt les albums de Jean-Louis Murat, Dominique Dalcan, Silvain Vanot, Jean-Franois Coen, Les Objets, Clarika ? Et mme Jacques Dutronc, Jean-Jacques Goldman, Juliette Grco, Johnny Hallyday, Philippe Lotard ?

Le dfi est de taille. Mais, c'est de l'avenir dont il est question.


Retour au sommaire - Retour l'anne 1994

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris