Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Le souffle de Goldman
(Le Soir (Belgique), 7 mai 1994)

Le souffle de Goldman
Le Soir (Belgique), 7 mai 1994
Thierry Coljon

La srie forestoise de Fredericks-Goldman-Jones n'est pas termine

Il s'agit chaque fois de retrouvailles. Jean-Jacques Goldman est chez lui sur la scne de Forest-National qu'il a si souvent fouleau point de toujours dtenir le record d'audienceet qu'il a retrouve jeudi soir pour une srie de quatre concerts attirant 32000personnes. Et ce n'est pas fini puisqu'une cinquime date a dj t annonce officiellement pour le 30juin.

Le nouveau spectacle de Fredericks-Goldman-Jones, dont c'tait la deuxime date seulement, est du mme tonneau que ses prdcesseurs: il russit marier le gigantisme d'une superproduction avec l'intimisme d'un ton proche et sympathique. La puissance avec la douceur.

Et, avec deux petits films bouleversants d'humanit insrs dans le corps du concert, le chanteur franais parvient mme faire plus fort encore en secouant une audience qui s'en retournera le cur lger, la tte emplie des voix chaudes et vibrantes du Chur de l'ex-Arme Rouge.

Une couleur rouge qu'on n'a pas retrouve que sur le ticket en forme d'toile mais tout au long d'un spectacle conu avec un cur gros comme a. Et, n'en doutons pas, seul le manque de temps pour tout installer a t la cause des petits ennuis sonores qui se sont produits jeudi soir: ils auront t vite rgls pour les trois autres dates.

(en pages intrieures)

Pluie d'toiles rouges pour un concert trs humain

Comme s'il s'agissait d'un jouet dont il ne se lassera jamais et qu'il aime partager avec d'autres, Jean-Jacques Goldman a toujours aim les superproductions. Machineries, podiums coulissants, clairages qui en mettent plein la vue, JJG aime en donner pour son argent un public dont il veut nanmoins se sentir proche. Gigantisme et intimit font d'habitude difficilement bon mnage. C'est sur cet antagonisme apparent que travaille le chanteur sympa.

Cela lui a toujours russi mais on a eu bien peur au dbut de son nouveau spectacle dont il n'a pas encore vritablement essuy les pltres, jeudi soir Forest-National, puisqu'il s'agissait l de la deuxime date de la nouvelle tourne qui nous reviendra fin juin. L'impressionnante infrastructure diffrents niveaux rapetissant les huit musiciens n'est pas une surprise mais le son norme noie totalement les voix. Mme celle de Carole, c'est tout dire. On se raccroche ce qu'on peut pour ne pas perdre pieds: "Serre-moi" en intro acoustique, "Envole-moi" et "Comme toi", avec un trs joli passage au violon tzigane jou par JJ lui-mme, sont autant de boues familires nous interdisant de sombrer dans l'ambiance un peu sombre, inquitante, comme sortie d'un "dark age" dont on attend avec impatience l'issue promise. Ce fameux rouge aprs le noir.

Mais c'tait comme si tout cela tait bel et bien voulu. Pour "Je commence demain", Jean-Jacques charrie le public, en interrompant la chanson, histoire de rveiller un peu cette audience qui n'attend que a pour gueuler son envie de se dfouler. Les climats varient petit petit. L'humour apparat sous forme de palmes phosphorescentes, on se met mme planer avec une conclusion la Pink Floyd par un Michael Jones qui n'a jamais voulu se refuser un petit plaisir. Pour bien rester en contact avec une salle qu'il ne veut pas perdre, il passe au petit "break" bluesy, assis derrire son clavier ( la "C'est pas d'l'amour"). Et "On n'a pas chang" de servir de transition pour la dernire ligne droite d'un concert de deux heures qui, ds ce moment, trouvera sa vritable voie.

D'INTERMINABLES... D'INSOUTENABLES SECONDES

Il suffira d'un petit film: des combattants inquitants, de toutes les causes, de toutes les luttes. En une fraction de secondes, un sourire les claire et en fait des tres humains comme les autres. Mais aussi vite, ils peuvent reprendre leur masque glacial si l'on pense faire marche arrire. Et comme si l'on n'tait pas assez secou, c'est ce moment stratgique que Jean-Jacques nous envoie ce superbe film introduisant "Juste aprs". Une maternit en Afrique, pas de couveuse, pas de ranimation, juste une infirmire confiante dcide ramener la vie un bb quasi mort-n. Et les secondes, insoutenables, de s'couler. Le bb a beau tre giffl, agit dans tous les sens, rien y fait, les secondes, interminables, s'coulent. La salle est silencieuse, pendue au souffle inexistant du bambin tout chiffonn que la mort guette. Le temps s'arrte et nous dlivre quand le bb enfin bouge. C'est simple et beau. Et, ainsi dans une salle de huit mille personnes, l'effet est gant. Et on a bien besoin des tambours phosphorescents de "A nos vies manques" pour nous remettre d'une telle motion.

Mais Jean-Jacques, le petit malin, n'en a pas fini avec ses surprises de sale gosse qui adore faire des cadeaux: ainsi "Il suffira d'un signe" se voit-il agrmenter d'une bonne trentaine d'uniformes, casquettes et toiles rouges: les Choeurs de l'ex-Arme Rouge au grand complet et un final grandiose pour un "Rouge" prometteur d'avenir radieux. On aime y croire l'instant de cette saine fraternit qui aura dur le temps d'un concert humain et gai la fois.

Une lueur rjouie illumine les visages quittant la salle. Mission accomplie, mon cher Jean-Jacques...

Fredericks-Goldman-Jones sera encore ces samedi et dimanche soir Forest-National. Tout est complet. Mais le trio reviendra le 30 juin au mme endroit. Prventes partir du 14 mai.


Retour au sommaire - Retour l'anne 1994

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris