Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

TAI PHONG : un groupe à la fois connu et méconnu. Connu, sans doute, pour son tube de l'été 75, "Sister Jane", et pour la
(présence en son sein d'un Jean-Jacques GOLDMAN débutant; méconnu du même coup car, malgré ces deux faits trompeurs, TAI)

TAI PHONG : un groupe à la fois connu et méconnu. Connu, sans doute, pour son tube de l'été 75, "Sister Jane", et pour la
présence en son sein d'un Jean-Jacques GOLDMAN débutant; méconnu du même coup car, malgré ces deux faits trompeurs, TAI
PHONG fut bel et bien, pendant ses 7 années d'existence, un groupe de rock progressif dans la plus pure tradition du genre.

TAI PHONG naquit en 1974 à l'initiative de deux jeunes musiciens viêtnamiens installés à Paris (le nom du groupe signifiant "grand vent" dans leur langue natale) : Khanh MAI (g/v), qui travaillait comme ingénieur du son dans un studio, et Tai SINH (b), quant à lui employé de banque. Après 6 mois de répétitions, ils rencontrèrent GOLDMAN (g/v) par hasard, puis recrutèrent par petites annonces Jean-Alain GARDET (kb) et Stephan CAUSSARIEU (d). Critiques de "Taï Phong" et "Windows" Big Bang n°1 Septembre 1993

Les deux premiers albums du groupe, enregistrés en 1975 et 76 par cette première formation, sortent seulement maintenant au format CD, et qui plus est au Japon, malgré la popularité de JJG ici-bas. Les voies de la réédition sont parfois impénétrables...

Globalement, TAI PHONG, s'il ne se distingue pas par une folle originalité dans l'utilisation qu'il fait de recettes progressives assez classiques, offre néanmoins de belles compositions, mélodiques et aux sonorités agréables (les amoureux de moog, orgue Hammond, Fender Rhodes et autres claviers estampillés seventies se régaleront).

Les titres (6 par album, de 4 à 11 minutes) sont pour leur grande majorité agrémentés de passages instrumentaux dans lesquels, malgré la présence de deux guitaristes (jouant souvent en harmonie), les claviers de GARDET restent l'élément dominant du son.

En ce qui concerne le chant, présent à doses plus ou moins fortes selon les titres, il est partagé entre GOLDMAN, KHANH et TAI. Les styles sont contrastés : si celui du premier rappelle ses productions récentes, en plus (parfois trop) aigu, celui des deux asiatiques - auteurs de la majorité des titres - s'avère plus doux, rassurant, en un mot plus plaisant. La maîtrise de l'anglais est bonne dans l'ensemble, avec quelques réserves concernant GOLDMAN - qui, il est amusant de le rappeler, ne concevait pas à l'époque de chanter quoi que ce soit en français !

Difficile de mieux résumer le style musical du groupe qu'en disant qu'il est un mélange agréable, mais manquant quelque peu de personnalité, des apports des grands groupes anglais de son époque. La recherche mélodique est constante, et les compositions travaillées. Toutefois, une dichotomie se manifeste entre les titres, tantôt proches de la variété de luxe ("Sister Jane" en étant l'archétype), tantôt répondant aux critères plus exigeants du rock progressif.

Autant dire que, si pour vous un disque ne doit pas forcément être défricheur et expérimental pour être bon, ces deux CD ont toutes les chances de susciter votre enthousiasme. Il serait dommage de bouder son plaisir !

Rappelant OPEN AIR ou le MACHIAVEL de Mechanical Moonbeams, TAI PHONG se situe donc dans la catégorie des groupes relativement accessibles, proposant une musique consensuelle mais non dénuée de charme. Les deux CD comprennent chacun des titres bonus (2 pour le premier, 3 pour le second), qui à l'origine étaient des faces A et B de 45 tours, et qui ont plus valeur de documents pour les afficionados du groupe.


Retour au sommaire - Retour à l'année 1993

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris