Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Rencontre avec Jean-Jacques Goldman
(M40, le 31 janvier 1992)

Rencontre avec Jean-Jacques Goldman
M40, le 31 janvier 1992
Retranscription de Graldine Gauthier et Delphine W.

Animateur : Prnom ?

Jean-Jacques Goldman : Jean-Jacques.

Animateur : Nationalit ?

Jean-Jacques Goldman : Franaise.

Animateur : Profession ?

Jean-Jacques Goldman : De foi.

Animateur : Age ?

Jean-Jacques Goldman : Quarante ans et quelques nfles.

Animateur : Taille ?

Jean-Jacques Goldman : 1 m 75.

Animateur : Poids ?

Jean-Jacques Goldman : Bof... entre 58 et 62.

Animateur : Signe particulier ?

Jean-Jacques Goldman : Sans.

Animateur : Titre actuel ?

Jean-Jacques Goldman : Citoyen.

Animateur : Jean-Jacques Goldman sur M40.

Animateur : 20 heures sur M40. Bienvenue tous. Bonsoir. Jean-Jacques Goldman avec nous comme Thierry Hasard l'a t la semaine dernire. Jean-Jacques Goldman, pendant une heure, c'est un grand mot parce que nous, M40, radio qui dbute avec quelqu'un comme toi, Jean-Jacques, c'est quand mme un privilge. Donc je te remercie d'tre ce soir avec nous. Et d'une. Et puis d'autre part, on va parler un peu de tout ce soir, on va couter un peu ce que tu aimes, on va parler un petit peu de ce que tu n'aimes pas aussi, parce que tu as le droit de le dire. Et puis on va surtout parler de ta collaboration actuelle avec Carole Fredericks et Michal Jones qui est quand mme le fer de lance actuel de ta carrire.

Alors, pourquoi une nouvelle carrire trois ? Est-ce que c'est un intermde ? Est-ce que c'est une envie de faire des trucs ensemble ? Est-ce que c'est une nouvelle facette du compositeur Goldman ?

Jean-Jacques Goldman : Dans toute vie professionnelle d'abord, et en particulier musicale, il y a plusieurs phases. Moi j'ai eu une phase bals, groupes de clubs, des choses comme a, ensuite il y a eu une phase Ta Phong, c'est dire groupe et discographie puisqu'il y a eu trois albums. Ensuite il y a eu une phase o j'ai fait de la chanson en franais tout seul. Et puis l, il y a une phase o je fais de la chanson en franais avec deux complices.

Animateur : Est-ce que c'est un truc qui va durer ? Est-ce que vous avez d'autres projets ensemble ou est-ce que c'est une collaboration "tiens on va faire un album ensemble" ?

Jean-Jacques Goldman : Bah c'est quelque chose qui dure depuis longtemps puisque je connais Michal depuis plus de 10 ans, Carole depuis plus de 6 ans. Donc c'est devenu un peu plus voyant avec l'album "Fredericks-Goldman-Jones", mais c'tait dj une longue histoire. Et je pense que ce n'est pas une histoire qui va se terminer comme a.

Animateur : Et qu'est-ce qui t'a pouss choisir spcialement ces gens-l ? Parce que je suppose que tu as d travailler avec beaucoup de pointures au niveau artistes, et pas seulement pour Michal Jones et pareil pour les choristes.

Jean-Jacques Goldman : Oui mais c'est toujours la question qu'on se pose quand on choisit un ami, un amant, une femme ou des gens comme a. On ne sait pas pourquoi. C'est un ensemble, parce que c'tait eux, parce que c'tait moi, comme dirait l'autre.

Animateur : J'ai lu aussi que tu avais fait a pour viter un peu la routine de l'album tourn, et puis viter aussi l'autoplagiat, c'est dire faire du Jean-Jacques Goldman dans le texte et faire un petit peu un truc diffrent avec d'autres inspirations.

Jean-Jacques Goldman : Oui, enfin, plus globalement, comme je te l'ai dit tout l'heure, on ne peut pas rsumer une carrire en une seule chose et faire tout le temps la mme chose. Donc si tu veux garder un petit peu d'envie et du plaisir le faire, il faut suivre l o l'envie et le plaisir te guident. Et moi, l'envie et le plaisir allaient dans cette direction-l et avec ces personnages-l.

Animateur : Est-ce que, en gnral, tu restes fidle tes musiciens, ton quipe, aussi bien au niveau des albums que des tournes?

Jean-Jacques Goldman : Pas systmatiquement, non.

Animateur : D'accord, on va couter pas mal de choses. On va commencer par du Fredericks-Goldman-Jones, dans le texte videmment. Un, deux, trois sur M40. Ce soir Jean-Jacques Goldman est notre invit.

[Un, deux, trois]

Animateur : M40, ce soir notre invit Jean-Jacques Goldman jusqu' 21 heures. Si on reparle un petit peu des dbuts, on ne va pas refaire tout petit petit et dans le dtail, mais Ta Phong, cest quand mme une carrire, un truc important pour toi parce que trois albums c'est quand mme pas n'importe quoi et le petit truc, quoi.

Jean-Jacques Goldman: C'tait l'aboutissement de 10 ou 15 ans d'expriences de groupes. Alors tu commences d'abord par le bal de lyce, aprs tu es embauch pour des soires prives chez des copains ou des trucs comme a, aprs tu es embauch dans des clubs et aprs tu commences faire le circuit des botes. Et ensuite, tu as envie de faire tes propres titres et tu signes un contrat. Donc a a t un long truc de 10-15 ans et Ta Phong tait le groupe parmi les dizaines de groupes qu'il y avait eu auparavant qui a sign un contrat.

Animateur : Et Ta Phong, c'tait qui en fait?

Jean-Jacques Goldman: C'tait deux frres vietnamiens, anglo-vietnamiens, qui s'appelaient Khan et Ta et il y avait un jeune batteur qui avait 17-18 ans qui tait trs brillant et qui s'appelait Stphan Caussarieu. Et voil. Il y avait un clavier de la banlieue sud aussi, trs brillant qui s'appelait Jean-Alain Gardet. Et voil. Et moi.

Animateur : Et quel souvenir tu gardes de cette poque-l? Un peu bons souvenirs entre copains ou les bals, ou un petit peu galre et on cherche un petit peu sa voie?

Jean-Jacques Goldman: Pas trop, justement, on tait tous sortis des bals, on ne voulait plus faire a. Et donc, on avait tous rpt pendant un an sans faire rien d'autre. Donc c'est plutt une ambiance de travail et de studios dont je me souviens et o il n'y avait pas normment de relations personnelles jusqu' ce qu'il y ait un bassiste qui vienne pour remplacer l'autre et qui s'appelait Michal Jones.

Animateur : Et on se souvient de "Sister Jane" videmment qui est un titre, Thierry Hazard me disait la semaine dernire, c'tait un titre qui avait marqu sa jeunesse et je crois que ce n'est pas le seul dans ce cas. Et puis moi, je me souviens d'un dimanche, j'tais devant la tl et je regardais "Les rendez-vous du dimanche" avec Michel Drucker et puis il dit "Voil un jeune artiste franais qui arrive avec une cravate en cuir". Et puis c'tait toi avec "Il suffira d'un signe" et a, c'etait les grands dbuts, c'tait le dbut solo. Est-ce que tu avais prpar l'album? C'tait juste une chanson et quand tu as eu du succs tu as pris l'album?

Jean-Jacques Goldman: Non, toutes les chansons qui sont sur cet album, je les avais proposes d'autres, puisque mon ide moi, c'tait surtout d'crire des chansons pour des interprtes existants. Donc quand Ta Phong s'tait termin, j'en avais un petit peu marre, je voulais juste crire des chansons et puis ce n'tait pas fondamental pour moi d'tre interprte. Et devant le refus de tous les interprtes de l'poque de chanter mes chansons parce que je n'tais pas connu, je les ai interprtes moi-mme, et voil.

Animateur : Et a a march ds le dpart "Il suffira d'un signe" ou il a fallu ramer un peu?

Jean-Jacques Goldman: a a ram. Enfin, moi je m'en foutais, je travaillais

Animateur : C'tait pas le but?

Jean-Jacques Goldman: Oui, oui. Ce n'tait pas trs important pour moi. Et de temps en temps j'allumais la radio et puis j'entendais mon titre et puis il y avait des gens dans la maison de disques qui y croyaient beaucoup et puis il n'y avait pas beaucoup de gens, mais il y en avait deux-trois, comme a qui travaillaient beaucoup dessus. Et puis 81, c'est l'anne o c'est sorti et c'tait li aussi l'arrive des radios locales. Et les radios locales programment systmatiquement un peu ce qui ne se programmait pas ailleurs. Et a, a a t un peu ma chance.

Animateur : Et tu dis que tu voulais crire pour d'autres gens, est-ce que c'est pas un peu bizarre que tu n'aies pas plus crit comme avec Johnny pour "Gang" et pour d'autres gens? Et est-ce que tu aurais voulu plus le faire?

Jean-Jacques Goldman: A partir du moment o a marchait pour moi, a m'a intress. J'ai bien aim ensuite chanter, faire de la scne, etc. Il se trouve que j'cris trs peu, donc a m'a pris presque tout ce que j'crivais. Je n'cris pas plus de 10-12 chansons tous les 2-3 ans. Animateur : Est-ce que c'tait l'envie du compositeur Goldman de travailler avec un monument comme Johnny ou est-ce que c'tait une commande "Tiens, Goldman a marche bien, je vais lui demander de faire un album"?

Jean-Jacques Goldman: C'tait un peu les deux dans le sens o lui venait de faire un album avec Berger qui l'avait un peu remis en selle. Et donc, il voulait continuer cette exprience de travailler trs prs en collaboration avec un auteur compositeur. Mais je n'aurais pas accept si a n'avait pas t Johnny. Et ceci dit, cette ide de travailler avec d'autres, il m'a sembl la continuer avec Carole et Michal.

Animateur : On se retrouve juste aprs Simple Red avec des questions des auditeurs sur Minitel. Jusqu' 21 heures, Jean-Jacques Goldman est notre invit sur M40.

[Stars]

Animateur : Jean-Jacques Goldman est notre invit jusqu' 21 heures sur M40. Et puis on va prendre des auditeurs aussi au fil avec, par exemple, Christian qui nous appelle de Nmes. Salut Christian.

Christian: Oui, bonjour.

Animateur : Tu nous entends?

Christian: Oui, je vous entends trs bien.

Animateur : Tu peux poser ta question Jean-Jacques.

Christian: Mon fils est collectionneur de Jean-Jacques Goldman, il a peu prs maintenant 200 disques ou compacts diffrents et il a t relativement du sur le dernier coffret, notamment sur le dernier CD. Il pensait trouver vraiment des rarets et il pensait surtout trouver les "Red Mountain Gospellers", c'tait le premier groupe de Goldman. Et puis a ne figurait pas, il tait un petit peu du, alors pourquoi? Est-ce que c'tait un problme de droits ou est-ce que Jean-Jacques n'a strictement rien voir dans le choix des titres?

Jean-Jacques Goldman: Ah ouais! Franchement, moi j'avais oubli a. Des fois je reois des lettres de gens qui sont plus au courant que moi de ce que j'ai fait. Alors a, "Red Mountain Gospellers", c'tait un truc que j'avais fait quand j'avais 13-14 ans qui tait ce dont on parlait tout l'heure, les premiers trucs communaux. L, c'tait des negro spiritual qu'on avait fait. Il y avait une chanson de Donovan aussi. Bof, je crois que si on ne l'a pas mis, c'est parce que je n'ai pas pens que c'tait d'un intrt vital. Et puis en plus ce ne sont pas des textes originaux, je crois qu'il y avait "Go down Moses", il y avait Jerry Coke, qui sont des traditionnels du gospel, et puis il y avait cette chanson de Donovan. A mon avis, notre version n'a pas t absolument fondamentale dans l'histoire de ces titres (rires).

Christian: Non, ce n'tait peut-tre pas fondamental mais enfin je pense que des collectionneurs qui aiment Goldman auraient peut-tre aim trouver, justement, les tout dbuts, dbuts.

Jean-Jacques Goldman: Ah! Peut-tre. Franchement, a ne m'a pas travers l'esprit.

Animateur : Vraiment un vrai collectionneur acharn, quoi?

Christian : Ah oui. Mon fils possde plus de 200 disques du monde entier.

Animateur : 200 disques, Jean-Jacques.

Christian: Des Etats-Unis, du Japon

Jean-Jacques Goldman: Il en a plus que moi dj.

Animateur : Merci Christian.

Christian: C'est moi. Au revoir.

Animateur : Au revoir, bientt, merci. La tourne, a s'est pass impeccablement? C'tait fantastique? Enfin je suppose que Jean-Jacques Goldman est avant tout un homme de scne

Jean-Jacques Goldman: Pas tant que a.

Animateur : Pas tant que a?

Jean-Jacques Goldman: Non, non. Non, je suis plus un type de studio et de composition que de scne. La scne n'est pas un endroit o je me sens naturellement trs l'aise. Et c'est vrai, j'ai appris aimer et en particulier avec Carole et Michal qui eux sont vraiment des gens de scne avant tout.

Animateur : Et alors vous avez fait une tourne marathon l. C'est pass par o?

Jean-Jacques Goldman: Non pas tant que a. On a fait une centaine de dates pour l'instant entre la France, la Belgique et la Suisse. On n'a pas encore beaucoup voyag.

Animateur : Parmi les questions Minitel, on a Marc qui nous demande quand est-ce que tu sors un album live issu de cette tourne et s'il y en a un de prvu.

Jean-Jacques Goldman: On est en train d'couter les bandes. A mon avis, a va se faire et, mon avis, a devrait tre vers le mois de septembre.

Animateur : Et tu es sensible aussi aux sons de l'poque comme, par exemple [???]. On va en parler tout l'heure, qu'est-ce qui te sduit chez eux?

Jean-Jacques Goldman: N'importe comment, on ne peut pas ne pas tre influenc par ce qui se passe et par ce qu'on entend. Et les deux exemples qu'il y a sur ta programmation, par hasard c'est Simple Red et U2 qui sont pourtant des gens dont les racines sont trs traditionnelles et tu entends les rythmiques derrire, c'est trs 92.

Animateur : Roachford, choisi par Jean-Jacques Goldman.

[???]

Animateur : Avec Jean-Jacques Goldman, ce soir, qui est notre invit jusqu' 21 heures. Tu disais qu'un musicien ne peut pas ne pas ne pas tre influenc par les sons de l'poque, est-ce que toi tu es influenc et par qui? Est-ce que ce sont des gens en France? Est-ce que ce sont des gens internationaux? Est-ce que tu l'es plus par des gens ou par des sons?

Jean-Jacques Goldman: Par ce que j'entends d'abord, c'est un environnement. De la mme faon que les gens ne s'habillent pas maintenant, qu'ils le veulent ou pas, comme il y a trois ou quatre ans. Sans bien comprendre pourquoi, ils vont acheter un col plus long ou plus petit, tout a Le fait d'couter de la musique, tu vas trouver que les caisses claires sonnent mieux comme a ce qui fait que, sans t'en rendre compte, ton album de 81, 83, 84, 85, finalement, il sonne tout fait dans

Animateur : Il est plus dans l'air du temps. Mais est-ce que tu crois que tu te sers, par exemple de certains gimmicks. Est-ce que tu le fais consciemment ou est-ce que c'est l'poque qui veut a? Et quand tu composes, tu es dans l'anne 91 ou 92 et tu composes et a vient parce que tu es donc en 92 et tu entends parler des mmes choses qu'en 83 ?

Jean-Jacques Goldman: Je crois que tu baignes l-dedans et c'est plus ou moins inconscient, sauf quand il y a des grands mouvements technologiques comme, par exemple, l'arrive des botes rythmes, des programmations ou des choses comme a. Evidemment, le jour o tu achte un squenceur, tu ne composes plus tout fait comme avant. J'avais lu une interview d'Elton John qui disait qu'il avait recommenc composer des chansons rapides avec l'arrive du synthtiseur, parce que le piano ne permet pas de faire des chansons rapides. Voil, ce sont des choses comme a qui peuvent vraiment t'influencer.

Animateur : Et ton matriel toi, c'est toujours gratte, piano ou est-ce que tu te sers aussi de tous ces engins?

Jean-Jacques Goldman: Non, je me sers beaucoup maintenant de l'Atari et puis des systmes de bote rythmes et des synthtiseurs. a ne s'entend peut-tre pas beaucoup dans le style de je fais mais a t'aide beaucoup travailler.

Animateur : C'est du gain temps ou est-ce que tu peux faire d'autres choses, tu peux plus t'exprimer avec ce genre de matriel?

Jean-Jacques Goldman: En ce qui me concerne, c'est surtout du gagne-temps mais a devrait devenir des sources d'inspiration puisque, maintenant, la forme, mon avis, peut inspirer le fond. C'est dire que sur un son, sur un groove, comme ils disent, sur des choses comme a, de formes, mon avis, peuvent dcouler une chanson. Alors que la technique traditionnelle, et qui est la mienne au dpart, c'est d'abord de commencer au piano et ensuite de l'habiller. A mon avis, il y a des choses maintenant qui peuvent natre simplement d'une ambiance, d'une couleur et d'une rythmique.

Animateur : OK. M40 avec Jean-Jacques Goldman ce soir. On se retrouve dans quelques instants.

[C'est pas d'l'amour]

Animateur : Jean-Jacques Goldman est notre invit ce soir sur M40. Autant vous dire tout de suite que l'on a eu un sacr paquet de questions Minitel, en commenant par Hlne qui nous demande quand est-ce que tu sors un nouvel album. "J'espre que l'on ne t'attendra pas deux ans", dit-elle "pour qu'on t'coute sur une nouvelle galette?"

Jean-Jacques Goldman: A mon avis, elle n'attendra pas deux ans, elle attendra trois ou quatre ans, mon avis.

Animateur : Ce n'est pas prvu pour tout de suite?

Jean-Jacques Goldman: Non, non.

Animateur : Tu n'as pas envie de te remettre au travail?

Jean-Jacques Goldman: Non, j'ai une flemme en ce moment!

Animateur : Est-ce que Jean-Jacques Goldman se dit "Bon, il faut quand mme que je fasse un album parce que a fait dj deux ans que je n'ai rien sorti" ou est-ce que tu attends l'inspiration et quand a viendra tu auras envie de faire un disque et tu en feras un?

Jean-Jacques Goldman: Non, bah j'ai toujours attendu l'inspiration. Et puis l, elle me semble loin.

Animateur : C'est ce que disait Francis Cabrel il n'y a pas si longtemps: "il vaut mieux attendre parce que si on cherche tout prix sortir un truc"

Jean-Jacques Goldman: Oui, je pense qu'il y a un moment, Francis a fait 7 albums, moi j'en ai fait 6 ou 7, o on n'est pas forc de sortir un album, on n'est pas deux ans prs, mais en mme temps

Animateur : On me demande aussi quelles sont tes prochaines

[passage coup. Si vous avez le passage manquant, merci de me contacter: webmestre@parler-de-sa-vie.net]

Animateur : Est-ce que a continue la tourne?

Jean-Jacques Goldman: Non. C'est fini en France mtropolitaine, donc on va se faire des petits voyages maintenant, mais juste pour se faire plaisir, genre les Antilles, le Vietnam, des choses comme a qu'on est en train d'organiser. Mais sinon, sur le plan de la tourne elle-mme, c'est termin.

Animateur : Est-ce que Jean-Jacques Goldman va faire un jour Bercy?

Jean-Jacques Goldman: Bof. Je pense que c'est difficile dire "Non, je ne ferai jamais a" ou des choses comme a. Mais a priori, c'est une salle que je trouve trop grande pour le genre de spectacles que je fais. Voil.

Animateur : Et puis tu prfres faire plusieurs salles, mme quitte changer de dcors rgulirement comme tu avais fait en 88 avec le Bataclan, l'Olympia, le Palais des sports et le Znith?

Jean-Jacques Goldman: Oui.

Animateur : Mais sans faire la mga-party Bercy, c'est un peu trop grand ? Tu veux garder un petit peu le ct intimit avec le public?

Jean-Jacques Goldman: Oui, il y a certaines villes sur lesquelles on est oblig de faire des grands endroits parce qu'il n'y a que des endroits grands et que le fait de les couper en deux, par exemple, n'arrange pas les problmes de son, ni de proximit d'ailleurs. Alors par exemple Strasbourg, o il n'y pas de salle, Caen o il y a un grand hall expo, enfin il y a trois quatre endroits, Lyon par exemple, o on a jou dans un endroit o il y avait dix-huit mille personnes et chaque fois pour moi ce sont des mauvais moments.

Je pense qu'on perd beaucoup et je prfrerais donner trois concerts de six sept mille personnes plutt qu'un seul de vingt mille.

Animateur : Oui. Est-ce que a t'arrive de temps en temps d'aller donner un coup de main quelqu'un, d'aller un rift de guitare ou faire des churs pour des amis ou pour des musiciens?

Jean-Jacques Goldman: Oui, sur scne ou sur disque. Je me rappelle avoir fait le premier Olympia de Canada parce que ce sont des gens que j'aime beaucoup. On tait all faire un traditionnel. Et puis je fais des churs sur Yves Simon, sur Christophe Deschamps.

Animateur : Christophe Deschamps? a s'est bien pass? Parce que lui, il tait batteur sur ta tourne?

Jean-Jacques Goldman: Oui, il est batteur de beaucoup de gens. Il est beaucoup plus qu'un batteur.

Animateur : On renvoie l'ascenseur: Jean-Jacques Goldman avec Christophe Deschamps.

[Christophe Deschamps: Chacun pour sa peau]

Animateur : Jusqu' 21 heures, Jean-Jacques Goldman est avec nous. Qu'est-ce qu'il coute chez lui, dans la salle manger, dans son salon, dans son Walkman, Jean-Jacques Goldman?

Jean-Jacques Goldman: En ce moment, beaucoup de Mark Cohn. Sinon, c'est Bruce Hornsby, Joe Cocker, un peu de tout quoi.

Animateur : Qu'est-ce qu'on ressent quand on est la tte d'un groupe qui fait dresser? Bon les Restos du Cur on en a parl, il y a eu la tl, il y a eu la tourne, il y a eu des spectacles. Est-ce que c'est un truc qui te tient cur? Est-ce que tu es un peu le leader de a? Est-ce qu'il y a des gens qui sont volontaires comme des chanteurs ou Muriel Robin ou Patrick Sbastien qui disent "On veut y aller" ou est-ce qu'on tlphone un peu tous les potes et on dit "Est-ce que tu veux faire a avec moi?"

Jean-Jacques Goldman: Au dbut, c'est surtout Vronique Colucci qui travaille la direction artistique, entre guillemets parce que ce n'est pas si formel que a, des Restos et qui suscite ces oprations. Ensuite, comme je la connais et comme on s'aime bien, on travaille ensemble sur des projets. Le premier, c'tait la tourne des Restos mais c'est elle qui a eu l'ide au dpart avec un producteur spectacle qui s'appelle Claude Wild. Ensuite sur cette soire l'Opra, on a travaill ensemble.

Animateur : Alors il y avait qui cette anne? Est-ce que ce sont les mmes gens qui reviennent d'anne en anne? Parce qu'il y a des gens qui taient l l'anne dernire, d'autres qui sont nouveaux, qui viennent. Est-ce que les gens disent "Moi, je veux faire a, je veux faire avec vous" et ce moment-l, est-ce qu'on ne risque pas de se retrouver avec un peu trop de gens mme la limite?

Jean-Jacques Goldman: Oui, a arrive. Enfin, bon on essaye de slectionner. C'est un peu horrible de dire a, mais on essaie surtout qu'il y ait une cohrence dans l'affiche de faon ce que a puisse intresser les tls par exemple et les spectateurs, tout simplement, dans un souci d'abord d'efficacit pour les Restos du Cur.

Animateur : On n'entend pas beaucoup Jean-Jacques Goldman s'engager sur des trucs un petit peu grave ou un petit peu positionns. Est-ce que les Restos du Cur c'est une faon pour toi de dire "moi je suis contre a" ou "je suis pour a" ou "je fais a pour Coluche" ou "je fais a en son souvenir" ou

Jean-Jacques Goldman: Non, moi je crois que c'est quelque chose d'efficace, ce n'est pas un engagement extrmement prcis. Je crois simplement ne pas supporter qu'il y ait des gens qui n'aient pas de quoi bouffer alors que nous on claque cent sacs au resto sans problme. Il y a quand mme quelque chose d'un peu inadmissible, non?

Animateur : Mark Cohn avec Jean-Jacques Goldman, tu l'as choisi et puis on se fait un petit appel tlphonique juste dans la foule. "Walking in Memphis" choisi par Jean-Jacques Goldman qui est notre invit ce soir jusqu' 21 heures.

[Walking in Memphis]

Animateur : Jean-Jacques Goldman est notre invit ce soir avec Mark Cohn "Walking in Memphis" dans un show case hallucinant o tu as t au New Morning, cette semaine?

Jean-Jacques Goldman: Oui, oui.

Animateur : C'tait bien?

Jean-Jacques Goldman: Magnifique, oui.

Animateur : C'tait fort.

Jean-Jacques Goldman: Tout seul au piano avec un guitariste qui est venu le seconder dans le deuxime partie, c'tait magnifique.

Animateur : En ligne, on a Patrick de Nantes. Salut Patrick!

Patrick : Bonjour.

Animateur : Tu vas bien?

Patrick : Trs trs bien.

Animateur : Jean-Jacques t'coute et on t'coute.

Patrick : Alors tout d'abord merci Jean-Jacques et puis bonne anne aussi.

Jean-Jacques Goldman: A toi galement.

Patrick : Merci beaucoup. Et puis merci de nous donner pour ce trio de la musique franaise comme on l'aime. J'ai deux questions. La premire est en rapport avec les Restos du Cur, je sais que tu en a parl un petit peu tout l'heure et la premire question est: est-ce que, tous les ans, tu remonteras, entre guillemets, sur les planches pour effectivement que les Restos du Cur continuent vivre? Est-ce que tu trouveras d'autres personnes telles que Mitchell, Vronique Sanson, des personnes comme a pour, j'allais dire pour viter la routine quoi, chaque anne revoir les mmes? Est-ce que tu soutiendras trs trs longtemps cette action? Et puis deuxime question: est-ce que, puisque tu aimes beaucoup Mark Cohn, Bruce Hornsby ou des gens comme a, quand est-ce qu'on pourrait voir un album de Jean-Jacques Goldman dans cette optique?

Jean-Jacques Goldman: Alors la premire question: Dieu merci, les Restos du Cur n'ont pas besoin de nous pour vivre. D'abord ils vivent travers les onze mille bnvoles et nous on est un peu la partie visible de cette action. Mais le plus important, c'est ce qui se fait sur le terrain. Alors c'est vrai que a leur donne un coup de main et que a leur donne le moral quand on fait des oprations mdiatiques comme a. Donc moi, mon ide pour l'anne prochaine c'est d'essayer de prenniser, je ne sais pas si a existe ce terme, la faire sans moi. Parce que si moi je continuais, il y a un moment, n'importe comment, o a tournerait en rond parce que je fais un peu les mmes choses. Je pense, au contraire, que tous les artistes doivent tre concerns et en particulier les artistes les plus forts de l'anne. Donc ce que je souhaiterais, moi, c'est que l'anne prochaine il y ait des gens comme Bruel, comme Mylne Farmer, etc., qui sont

Animateur : Qui prennent le relais, quoi.

Jean-Jacques Goldman: Voil. Et mon avis, c'est bien parti parce qu'on a, sur l'affaire de cette anne, gagn des choses. C'est--dire qu'on a gagn l'Opra dans le sens o ils sont d'accord pour nous le redonner l'anne prochaine parce qu'ils ont t trs contents. On a gagn, je pense, la tl parce qu'on a fait un trs gros audimat, mme en face de Schwarzenegger (rires). Enfin donc, il y a des tas de choses positives qui font que, mon avis, a va continuer et le mieux, ce serait que a continue sans ceux qui l'ont dj fait, c'est ce qu'on a essay de faire cette anne.

Maintenant, pour l'autre question qui est celle de Mark Cohn, bon Bruce Hornsby, puisque je pense que Mark Cohn a beaucoup cout Bruce Hornsby aussi, qui lui-mme a beaucoup cout Andy Newman, etc. Je pense qu'il y a dj beaucoup de plans que j'ai piqus dans le sens-l, ne serait-ce que dans "N en 17" ou des choses comme a.

Patrick : "C'est pas d'l'amour" aussi qui est trs

Jean-Jacques Goldman: Oui, oui, oui, oui. Qui est trs inspire de ces gens-l et que j'coute beaucoup, mais le problme c'est qu'il y a beaucoup de choses que j'aime aussi, d'autres styles de chansons peut-tre plus bluesy ou plus guitare. C'est tout a qui fait un style qui est toi et puis qui n'est pas aux autres.

Animateur : Merci Patrick.

Patrick : Merci

Animateur : Jean-Jacques, quand on te dit les piliers de la chanson franaise Jonasz, Cabrel, Goldman, etc. Qu'est-ce que tu rponds? Est-ce que tu crois que vous tes les plus reprsentatifs? Est-ce que c'est dans l'air du temps, les Cabrel, Jonasz, Goldman? Est-ce qu'il y a des gens qui poussent derrire et qui sont aussi importants? Bruel, etc.?

Jean-Jacques Goldman: Pfff! D'abord, c'est difficile de ne pas omettre quelques survivants, il y en a beaucoup d'autres.

Animateur : Hmm, Johnny, etc.

Jean-Jacques Goldman: Voil, Sardou, mme Ferr, tout des gens comme a. Je crois que ce qui est bien dans la chanson, c'est que chacun a son numro un. C'est--dire, tu dis Martine Dugenoux Besanon que le numro un c'est Sardou, si pour elle le numro un c'est Lavilliers, tu comprends? L'important, c'est a. Donc chacun a le sien et il n'y a pas trop de classement dans l'esprit des gens.

Animateur : Hmm. Mais enfin, est-ce que tu as l'impression que le nom de Goldman reprsente quelque chose de spcial dans la chanson franaise, un truc, un concept, un son, une faon d'tre, un

Jean-Jacques Goldman: Je pense oui, de la mme faon que tous les autres noms que tu as cits reprsentent quelque chose de particulier parce qu'aucun artiste ne ressemble l'autre.

Animateur : Demain soir ce sont les victoires de la musique, est-ce que tu y vas, tu y seras?

Jean-Jacques Goldman: Non, je ne peux pas parce qu'elles passent la tl et j'adore les regarder la tl (rires).

Animateur : Tu es nomin? Si tu gagnes, tu leur passes un petit coup de fil, tu ne vas pas leur faire un petit coucou?

Jean-Jacques Goldman: Ce n'est vraiment pas par mpris, je pense que c'est quelque chose qui est destin nous faire plaisir nous. Et puis moi, ce qui me fait plaisir, ce n'est pas d'y tre, je suis mieux chez moi. Mais ce n'est pas du tout par mpris et puis je trouve a trs bien qu'il y ait des choses comme a.

Animateur : D'accord. On va se quitter mais auparavant on va couter un truc. On voulait le faire couter parce que je ne sais pas si tu le connais. C'est Ten Sharp et a c'est le dlire en ce moment partout en Europe. a s'appelle "You" et a vient de Hollande. Jean-Jacques Goldman encore pour quelques minutes sur M40 exceptionnellement ce soir pendant une heure.

["You"]

Animateur : Jean-Jacques Goldman sur M40 ce soir jusqu' 21 heures. C'est--dire que l'on va bientt se quitter. Juste avant, on va parler un petit peu, traditionnellement quand on se quitte de tes projets. Qu'est-ce que tu comptes faire, en 92 par exemple?

Jean-Jacques Goldman: Ah! l j'ai quelque chose de trs prcis, c'est rien!

Animateur : Oui?

Jean-Jacques Goldman: a fait deux ans qu'on n'a pas arrt, ne serait-ce que d'abord d'enregistrer l'album, ensuite prparer la tourne, faire la tourne. Et l, cette anne, je me la garde pour moi, voil.

Animateur : On va buller?

Jean-Jacques Goldman: Oui.

Animateur : On va aller faire de la moto?

Jean-Jacques Goldman: Bullage intense, moto, tennis, Voil. Ski la semaine prochaine.

Animateur : La semaine prochaine? Ah! bah tiens, on en parlera bientt sur M40


Retour au sommaire - Retour l'anne 1992

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris