Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Tai Phong : premier album
(Rock & Folk, juin 1975)

Tai Phong : premier album
Rock & Folk, juin 1975
Claude Alvarez-Pereyre
Retranscription de Chrystèle

Voici un disque remarquable. A croire que la pop en France mrit et qu'un futur plus intressant, plus personnel se dessine. Tai Phong est de toute vidence destin tre une force de ce dveloppement. Situons tout de suite le courant auquel appartient cette musique, mais ce ne sera que pour mieux y apporter des correctifs: l'influence, avoue, est principalement celle du rock symphonique, mais inutile d'aller chercher dans ce disque une rptition moins belle des originaux: certaines harmonies vocales (toujours belles), certains chorus de guitare, une voix rageuse (ces aigus arrachs, hargneux dans "Goin'Away"!) et certains riffs de piano cartent rsolument l'ventuel reproche de plagiat.

Voyons donc comment les choses se prsentent. Face un, "Goin'Away": on est abasourdi ds le premier abord, volont vidente de ne pas se laisser enfermer dans la forme couplet-refrain, volont aussi de multiplier les cellules mlodiques, de varier les sons, opposition accoustique/lectrique, harmonies vocales/piano lectrique, le tout naturellement reli. Les deux guitaristes se rpondent en soli de guitare axs principalement sur le son : pas de profusion de notes, tempo mdium, notes tritures, c'est peut-tre pas forcment a que vous auriez fait sur les mmes harmonies, mais c'est splendide! "Sister Jane" ensuite, pas de fausse querelle, c'est la "locomotive", mais on a rarement entendu ("Whiter Shade Of Pale", "Hey Jude") un morceau pour "tube" aussi bien fait. Un exemple parmi d'autres mettre au crdit de la production qui tire le maximum aussi bien d'une musique "commerciale" que d'une musique moins facilement accessible ("For Years And Years", o le break tellement inattendu raffirme ce got de ne pas s'enfermer dans un son, une forme).

On se sera dj aperu que si le travail sonore de Steve Howe a laiss des traces, l'hritage de Beck et des Doobie Bros. n'a pas t perdu, et c'est avec plaisir que l'on assiste ce qui est peut-tre le moyen pour la pop franaise de s'en sortir: ordonner de manire propre, originale, ce qui lui vient des Anglo-Saxons, et de son propre pass.

La face deux fait plus clairement apparatre l'attrait du Floyd, de Genesis et de Yes: construction de climats dans lesquels les structures rptitives s'installent, soutenant des vocaux de toute beaut. Et puis remettez vingt fois de suite l'introduction de "Fields Of Gold", voix lgres, son rpt de caisse, et cette dchirure soudaine de la guitare au son velout et plein! Cette musique est dcidment bien mise au point et elle coule tellement naturellement.

On aura compris que les "dfauts" semblent mineurs: le son de la caisse claire est parfois moche, creux, monotone, a et l une guitare acoustique semble mixe un peu trop bas mais qu'est-ce ct de la promesse de ce disque, de l'impression de vie, d'un remarquable son de basse, des contrastes des claviers, de la force de ce "Grand Vent".


Retour au sommaire - Retour l'anne 1975

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris