Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Si je t'avais pas

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Jean-Jacques Goldman
Compositeur : Jean-Jacques Goldman
Editée par : JRG

Version originale
Année : 2001
Interprétée par : Jean-Jacques Goldman
Distribuée par : Columbia / Sony Music

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
2001 Jean-Jacques Goldman CD Chansons pour les pieds COL 504 735-2
2002 Jean-Jacques Goldman CD promo 2 titres COL 672 802-1
2003 Jean-Jacques Goldman CD promo 2 titres SAMPCS 12114


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Aucune reprise connue.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

Je jouerais du même harmonica
Je verrais le même arbre là-bas
Serais-je heureux sans toi ? Pourquoi pas ?
Rien que d'y penser ça me glace à chaque fois

Si je t'avais pas
Si je t'avais pas
Que serais-je, où ça ?
Ma maison c'est là
Exactement dans tes bras

J'aurais des enfants, mais pas ceux-là
Moitié moi, mais pas moitié toi
J'embrasserais, "comme ça", un peu distrait
Pas une fois, pas une, nous ne l'avons fait

Si je t'avais pas
Si c'était pas toi
Que serais-je, où ça ?
Mon pays c'est toi
Précisément dans tes bras

Bouge pas
C'est ma place à moi
Mon abri mon toit
J'habite tes bras
Là où me caressent tes doigts

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu

Jean-Jacques Goldman : Cette chanson-déclaration ne couvre pas une réalité directe. Elle m'est venue en voyant un couple parfait. Je me suis demandé ce qui se passe entre eux. Il y avait déjà "Et si tu n'existais pas" de Joe Dassin ou "Que serais-je sans toi" de Ferrat. C'est une question que tous les gens qui ont vécu longtemps avec une femme peuvent se poser.

J'adore l'idée que l'amour se joue de nous
Télémoustique, le 12 décembre 2001


Laurent Boyer : Je viens sur "Si je tavais pas", qui est une ballade.

Jean-Jacques Goldman : Une petite ballade folk avec de la slide guitar.

Laurent Boyer : Quand on regarde le texte, tu parlais tout à lheure dalbum perso, semi-autobiographique, cen est un.

Jean-Jacques Goldman : Cest la question quon peut se poser. Si javais pas rencontré cette personne avec qui jai fait ma vie ou avec qui jai fait une partie de ma vie, quest-ce que Tout le monde peut se poser cette question. Si cétait pas toi, comment jaurais vécu ? Je trouve que cest une question quon peut tous se poser [silence]

Laurent Boyer : Mmmmm.

Jean-Jacques Goldman : Non ?

Laurent Boyer : Ouais, ouais, absolument oui. Mais ce qui est bien cest que tu te la sois posée. [silence] Cest ce que tu te demandes. Si cétait pas toi, jaurais été comment, et jaurais fait quoi ?

Jean-Jacques Goldman : Quelle vie jaurais eue ?

Laurent Boyer : Tu nas jamais fait une analyse ?

Jean-Jacques Goldman : Non.

Laurent Boyer : Tu nas pas éprouvé le besoin den faire une ?

Jean-Jacques Goldman : Non, non. On a nos nuds, nos névroses, tout le monde les a. Mais on peut vivre avec, on fait avec.

Laurent Boyer : Tu as réussi à trouver les tiennes ?

Jean-Jacques Goldman : Le fait de ne pas aimer le regard des autres par exemple, dêtre très timide, davoir du mal, enfin une espèce de répulsion à mimposer. Le fait de travailler énormément tout seul. Japprends maintenant à travailler avec dautres mais au début je faisais tout tout seul. Le fait dêtre incapable de demander quoi que ce soit à nimporte qui, davoir du mal à demander aux autres. Je ne sais pas doù ça vient. Chacun a son caractère.

Fréquenstar
M6, le 16 décembre 2001


Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu



J'aurais des enfants mais pas ceux-là
Moitié moi mais pas moitié toi
(Si je tavais pas)
C'est en partie cette phrase qui m'a immédiatement fait penser que cette ballade était dédiée à la musique et non à une femme (l'autre phrase étant "pas une fois, pas une, nous ne l'avons fait" : référence au baiser de la phrase précédente, on n'embrasse pas une guitare... enfin, je pense !). Ces enfants moitié JJ sont pour l'autre moitié non pas portés par une femme, mais par la musique : de cette "union" naissent les chansons. Ce qui peut paraître un peu étrange, est que les enfants auxquels il fait référence, "ceux-là", existent bel et bien, donc la métaphore associant musique et femme (tes bras, tes doigts, etc) semblerait être destinée à la mère de ses trois enfants... Un peu surprenant pour un jeune marié.
 

Christine Tascher
En passant, 27 novembre 2001



Et si l'on se met a la place d'une guitare qui "vit" dans les bras de JJG, je pense qu'on peut imaginer qu'éventuellement, elle puisse avoir des enfants ;-) mais pas avec lui et pas des bébés de chair et de sang...

Pour la suite du texte, le "j'embrasserai, comme ça", ça veut dire quoi exactement ? Et le "Pas une fois, pas une, nous ne l'avons fait", est-ce qu'il parle justement de "faire un bébé", de s'embrasser... ? Ah tiens, je viens d'avoir une autre idée en écrivant ceci : Elle a fait un bébé toute seule !

Bénédicte Moyen
En passant, 27 novembre 2001



J'aurais des enfants mais pas ceux-là
Moitié moi mais pas moitié toi
(Si je tavais pas)
Ce sont les enfants qui sont un peu de chacun de leurs parents. Il aurait donc des enfants moitié lui, mais pas les mêmes puisque pas moitié "elle". Pour moi, cette phrase s'adresse évidemment à une mère de famille.

Matthieu Reynaert
En passant, 27 novembre 2001



Christine Tascher a crit :

La métaphore associant musique et femme (tes bras, tes doigts, etc) semblerait être destinée à la mère de ses trois enfants... Un peu surprenant pour un jeune marié.
Ce nest pas la première fois que je lis ce genre de commentaire sur la liste. D'où vient cette idée qu'un auteur/compositeur/interprète aussi brillant que JJG ne peut écrire que sur des choses qui lui arrivent sur le moment, qu'il est incapable d'écrire une chanson triste un lendemain de fête ou qu'il ne peut pas évoquer une mère de famille parce qu'il vient de se remarier ?! Je crois quand même que le talent va un peu plus loin que la rédaction d'un journal intime en rimes, non ?

Matthieu Reynaert
En passant, 27 novembre 2001



Pour cette chanson, je me demande si JJG ne se met pas dans la peau d'une femme... Qu'en pensez vous ? Ça peut être une interprétation en tous cas...

Philippe Perdu
En passant, 30 novembre 2001



 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris