Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Respire

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Jean-Jacques Goldman
Compositeur : Jean-Jacques Goldman
Editée par : Editions J.R.G.

Version originale
Année : 1999
Interprétée par : Carole Fredericks
Distribuée par : B.M.G.

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
1999 Carole Fredericks CD Couleurs et parfums BMG 7432166875
1999 Carole Fredericks CD 2 titres BMG 74321705122
1999 Carole Fredericks CD 1 titre promo CF-2-P


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Aucune reprise connue.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

A force de cette attraction qui nous y colle
A force de nos deux pieds cloués au sol
A force d'être sur terre interdits de vol
On manque tellement d'air, on le mesure en bol

A force de prier le ciel au Seigneur
Pauvres pécheurs, attendre un monde meilleur
A force de nos bas-fonds, de nos haut le coeur
Comment reprendre un peu, un peu de hauteur

Respire, respire, espère et prie
Inspire, expire, et de l'air et fuis, si tu restes c'est pire
Respire, respire avant l'asphyxie
Antiseptie, quand tout pourrit
Fais tes poumons se remplir
Respire

A force de trop de mots, de trop de laideur
A force de trop à vendre jusqu'à l'écoeure
A force de nos deux mains dans les moteurs
L'urgence est d'échapper à la pesanteur

A force d'ozone et d'oxyde de carbone
A force de pollution dans nos neurones
A force de tous ces gens qui s'époumonent
Quand plus rien ni personne, quand tout t'emprisonne

Respire, respire, espère et prie
Inspire, expire, et de l'air et fuis, si tu restes c'est pire
Respire, respire avant l'asphyxie
Antiseptie, quand tout pourrit
Fais tes poumons se remplir
Respire

Respire, respire de la poésie
De l'harmonie, bois de l'infini, de l'air et des désirs

Respire, respire, prends de l'altitude
L'attitude, dis-tu
Etudie et tue tes habitudes

Respire, respire, espère et prie
Inspire, expire, et de l'air et fuis, si tu restes c'est pire
Respire, respire avant l'asphyxie
Antiseptie, quand tout pourrit
Fais tes poumons se remplir
Respire

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu

Nous allons étudier le texte de votre chanson "Respire" écrit par JJG. Nous allons nous pencher sur vous, ce qui constitue un bonheur sans égal. Permets-moi Carole de te tutoyer et de te dire [Johnny Hallyday, O Carole !!!] Eh oui ! Carole, si je suis là, c'est parce que tu es tout pour moi et c'est pourquoi en me penchant sur toi, je constate que JJG ne s'est pas penché sur toi car si il l'avait fait il ne t'aurait jamais écrit " Respire " tant on peut constater au premier coup d'oeil ton appareil respiratoire est parfaitement développé et faire chanter " Respire " à quelqu'un qui possède d'aussi beaux poumons constitue un contre sens. Première erreur de Goldman, " Respire " c'est une chanson pour Jane Birkin ou pour Zazie mais sûrement pas pour Carole !!!!

Mais venons-en au texte proprement dit. Je regrette de dire à JJG que ça commence très mal puisque la chanson débute par une phrase totalement incompréhensible, doublé d'une faute de français je vous cite la phrase "A force de cette attraction qui nous y colle" : ça veut rien dire je vous avais prévenu. C'est une phrase qui lui restait de Céline Dion, il s'est dit je vais la coller à Carole, elle vient de Springfield, Massachusets, elle parle le français comme un immigré albanais, elle n'y verra que du feu. Et toi, ma pauvre Carole, tu chantes ça sans sourciller.

On continue. "A force de nos pieds cloués au sol". Là, mine de rien, il nous a collé une publicité pour Super Glue 3.

"A force d'être interdits de vol". Alors là, je pose la question "Y a t-il quelqu'un dans cette salle qui soit interdit de vol dans une compagnie aérienne ?" Personne, donc je dis bravo monsieur Goldman, je constate qu'un maximum de personnes est concerné par le texte de vos chansons.

Voyons la suite. "On manque tellement d'air, on le mesure en bol" alors là, JJG a entendu l'expression "prendre un bol d'air", alors il l'a prise au pied de la lettre. Il croit qu'on peut attraper un peu d'air avec un bol et chaque matin avant de prendre son café, on peut voir JJG son bol à la main courir dans tous les sens dans la cuisine en essayant d'attraper de l'air. Bon, après l'infirmière arrive, elle lui fait une piqûre, il se calme.

Venons-en au refrain "Respire, expire et prie" alors là, ce refrain a une histoire que je vais vous raconter, il s'est inspiré, c'est le cas de le dire, par une séance dans un studio, JJG avait abusé du chili con carne à midi, donc évidemment dans l'après-midi, il souffrait de problèmes gastro-intestinaux, notre malheureuse Carole afin d'échapper aux effluves goldmaniennes se retenait de respirer, c'est là que JJG se rend compte de la situation causée par ses émanations intempestives et en voyant Carole bloquer sa respiration, a écrit "Respire, espère et prie" : Bah oui, dans ces cas-là, il ne resta plus qu'à prier pour que l'odeur se dissipe.

Malheureusement, les troubles digestifs de Jean-Jacques reprenant de plus belle, ce dernier finit par conseiller à Carole dans la fin du refrain de quitter la pièce carrément puisqu'il lui dit "Inspire, expire, et de l'air et fuis, si tu restes c'est pire". Mais notre pauvre Carole, tétanisée, se retenait toujours de respirer. Alors Goldman lui conseilla "Respire, respire avant l'asphyxie".

Deuxième couplet : "A force de trop de mots, de trop de laideur / A force de trop à vendre jusqu'a l'écoeure". Alors là, Carole n'a beau ne pas être française, elle dit à Goldman "Dis donc Jean-Jacques, t'es sûr que c'est français "A force de trop à vendre jusqu'à l'écoeure" " ? "Ben évidemment, t'as qu'à demander à Jane Birkin !!!". Jane Birkin ayant confirmé "Ben oui jusqu'à l'écoeure, c'est une phrase qui est vachement correct". Carole n'insista pas.

Pourtant, Carole, malgré mes sagacèmes, laissez-moi vous dire que j'aime votre chanson : car une chanson ça ne s'analyse pas, ça se ressent, une chanson ce n'est pas un texte ou une musique c'est une alchimie : c'est du domaine de l'irrationnel, de la magie. Et votre chanson est magique tout comme vous l'êtes. Voilà, pourquoi O Carole ce soir j'étais là, c'est parce que tu es tout pour moi !!!

JeBee et les Cyber Nanas
Sketch de Monsieur LeTalek
France Inter, Samedi 9 octobre 1999


Platine : Tu as également repris "Au bout de mes rêves" que Goldman avait enregistré trois ans avant de te connaître. Elle ne correspond pas à ton époque à ses côtés.

Carole Fredericks : Ça m'est égal, car elle me plait. J'aime aussi beaucoup "Pas toi", mais on la refait déjà en trio et un groupe vient de la reprendre : c'est trop tard.

Platine : Quand tu entends les reprises des titres de Goldman, comme ce "Pas toi" par Melgroove, qu'est-ce que tu en penses ?

Carole Fredericks : Je trouve ça bien. J'ai entendu également Alabina dans "Comme toi", c'est une merveille, cela m'a donné des frissons. Quand on a écrit une chanson, elle ne vous appartient plus, elle est faite pour être chantée par tout le monde, interprétée librement.

Platine : "Respire" est la seule chanson que Goldman a écrite dans cet album, contre deux dans le précédent. En tant que créatrice, seras-tu fière si un jour quelqu'un la reprend ?

Carole Fredericks : Ben écoute, oui.

Carole Fredericks respire enfin
Platine n°65, novembre 1999
Propos recueillis par J-P. P.


Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu

bientôt...

 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris