Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Personne ne saurait

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Jean-Jacques Goldman
Compositeur : Jacques Veneruso
Editée par : J.R.G. / Kevin Organisation

Version originale
Année : 1998
Interprétée par : Carole Fredericks et Poetic Lover
Distribuée par : Sony Music / M6 Interactions

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
1998 Carole Fredericks et les Poetic Lovers CD single hors commerce M6I 1672-1-P
1998 Carole Fredericks et les Poetic Lovers CD single M6I 1672-1
1998 Carole Fredericks et les Poetic Lovers CD Amants Poétiques (nouvelle édition) M6I 1658-1 non disponible.
1999 Carole Fredericks et les Poetic Lovers CD Couleurs et parfums BMG 7432166875


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Aucune reprise connue.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

Ça prendra le temps qu'il faudra
Des jours et des semaines mais n'oublie pas
Il en faudra du temps pour tout ça
Le moment viendra
Et tu comprendras

Ça prendra de drôles de chemins
Tu te perdras parfois, loin, si loin
Mais n'aie pas trop peur de ça, non
Le moment viendra
Et tu comprendras

Personne ne saurait voir comme moi je te verrais
Personne ne saurait
Personne ne saurait vouloir comme je te voudrais
Personne ne saurait
Personne ne saurait aimer comme je t'aimerais
Jamais personne
Personne ne saurait comme je te sais, comme je te sais

Oh babe
Ça prendra d'étrange détours
Des labyrinthes immenses, des allers, des retours,
Les mêmes histoires tant de fois, tant de fois
Le moment viendra
Et je serai là

Personne ne saurait voir comme moi je te verrais
Personne ne saurait
Personne ne saurait vouloir comme je te voudrais
Personne ne saurait
Personne ne saurait aimer comme je t'aimerais
Jamais personne
Personne ne saurait comme je te sais, comme je te sais

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu

Platine : Comment avez-vous été amenés à vous rencontrer ?

Carole : Un jour, après les avoir vus à la tv, j'ai éprouvé le vif désir de chanter avec eux. Je les avais auparavant découverts dans Graines de Star et, déjà, ils m'avaient étonnée. Jacques Veneruso avaient composé une musique que j'adorais. Ce n'est que plus tard que Jean-Jacques Goldman a trouvé des paroles pour Personne ne saurait. Jean-Jacques est très curieux, il écoute toutes sortes de musiques. Nous avons alors contacté M6 Interactions qui a transmis notre demande. Les Poetic Lovers avaient alors un emploi du temps surchargé, moi aussi je jouais en tournée mon album gospel Springflied. En mars 1998, nous étions fixés et en juin, nous enregistrions ensemble au Studio Plus XXX à Paris.

Platine : Qu'est-ce que cela vous a apporté de chanter avec Carole Fredericks ?

Poetic : Ce duo nous a donné une vrai assise et une crédibilité auprès des professionnels et des médias qui nous ont souvent cantonnés à un boys bans.

Carole : Je trouve cela ridicule et réducteur, car c'est un vrai groupe de chanteurs, ils ne se sont pas formés après un casting.

Poetic : Carole n'aurait sûrement pas pu faire un duo avec les 2be3 !

Carole : Ce sont des rencontres musicales et mon désir a croisé le leur...

(...)

Platine : Est-ce la première fois qu'un auteur-compositeur écrit pour vous ?

Poetic : Non, sur Amants poétiques, quelques chansons avaient étés composées par des amis à nous, arrangeurs, mais qui ne bénéficient pas de la notoriété de Jean-Jacques Goldman.

Platine : Si World Apart (Je te donne), Melgroove (Pas toi) avaient repris Goldman, en revanche lui ne s'était jamais risqué à écrire pour de jeunes talents. Recevez-vous cela comme un compliment ?

Poetic : Bien sûr.

(...)

Platine : Quel titre aimeriez-vous reprendre ?

Poetic : Difficile de faire un choix... Il y en a tellement... Peut-être "Pas toi" comme Melgroove.

(...)

Platine : Goldman a-t-il assisté aux séances d'enregistrements de "Personne ne saurait" ?

Carole : Il est venu pendant l'enregistrement, il nous a donné son avis. Et il paraît entièrement satisfait du résultat.

Platine : Entre les Poetic Lovers et Carole Fredericks, chanteurs à voix, y avait-t-il de la concurrence en studio ?

Carole : Non ! pour moi, c'est une communication de voix. Elles m'ont inspiré et eux m'ont donné envie de chanter. Chanter de la soul en français ça m'épate !

Carole Fredericks - Poetic Lover : une romance d'aujourd'hui
Platine n°55, Novembre 1998
Propos recueillis par Ludovic Perrin


Jean-Jacques Goldman : Carole en est à son deuxième album. Elle m'a demandé d'y participer. Evidemment, j'en avais envie. Je lui ai composé une chanson. Jacques Veneruso, qui a produit à peu près l'ensemble de l'album, un jour, m'a fait écouter cette mélodie, que j'ai trouvée vraiment touchante. J'étais en tournée à ce moment là, et je déteste écrire ou composer à ce moment là. En fait, j'en suis incapable, mais là, à chaque fois que j'avais un petit moment, je travaillais dessus, parce que je tenais absolument à être sur cette chanson. Ensuite, Carole a eu l'idée de demander aux Poetic Lover, qui sont des vrais chanteurs, de chanter avec elle. Je trouve que c'est une réussite.

Tapis Rouge, 21 novembre 1998


Platine : "Personne ne saurait" a été le tube en été 1998. L'image du groupe, un peu boys band ne t'a-t-elle pas gênée ?

Carole Fredericks : Ils ne sont pas boysband ! Ces gamins, ils ne sont pas limités à de beaux pectoraux, ils chantent bien et sont ensemble depuis cinq ans. Ce n'est pas un boysband fabriqué !

Carole Fredericks respire enfin
Platine n° 65, novembre 1999
Propos recueillis par J.-P. P.


Jean-Michel Royer : L'été 1998 sort "Personne ne saurait" que Carole chante avec les Poetic Lover, dont tu es le compositeur. Comment as-tu réagi face à ce succès ?

Jacques Veneruso : Pour "Personne ne saurait", ce qui a été agréable, c'est la collaboration avec Jean-Jacques. Je lui ai fait écouter la maquette chantée en yaourt. On avait le projet de faire un duo avec les Poetic Lover. Je lui ai fait écouter la chanson et il m'a dit "il faut que je fasse le texte". Je lui ai dit "Vas y". Normalement, je fais mes textes. Cela nous a fait plaisir et le résultat était sympa. C'est agréable, je ne peux dire le contraire, de faire une chanson qui se popularise. Cela rapporte un plaisir, une certaine reconnaissance. Voir les gens qui te chantent, c'est magique. J'avais déjà connu cela avec "Mourir les sirènes" [Jacques en a écrit le texte et la musique. A l'époque, le groupe signait collectivement. Aujourd'hui, lorsqu'un titre de Canada est repris, le vrai auteur compositeur est indiqué, ainsi que Canada].

InfosMusic.net, 21 juin 2000
Propos recueillis par Jean-Michel Royer


Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu

bientôt...

 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris