Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Les nuits de solitude

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Jean-Jacques Goldman
Compositeur : Jean-Jacques Goldman
Editée par : Warner Music

Version originale
Année : 1977
Interprétée par : Jean-Jacques Goldman
Distribuée par : Warner

Remarques :
Jean-Jacques Goldman a proposé la version anglaise de ce titre, Just A Dream, à Taï Phong, qui l'a refusé. On ne trouve donc la version anglaise qu'en face B du maxi 45 T de Slow me again.

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
1977 Jean-Jacques Goldman 45 T WEA 16947
1984 Jean-Jacques Goldman LP Les Années Warner WEA 240 516-1
1984 Jean-Jacques Goldman K7 Les Années Warner WEA 240 516-4
1984 Jean-Jacques Goldman CD Les Années Warner WEA 240 516-2


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Aucune reprise connue.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Année Titre Langue Interprète Auteur de l'adaptation Pochette
1979 Just a dream anglais Jean-Jacques Goldman Jean-Jacques Goldman

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

On s'était dit peut être que c'est mieux
On n'est pas forcément heureux à deux
Séparons-nous, oublions si l'on peut
ça va être dur pendant un mois ou deux
Un mois ou deux ou bien peut-être plus
Réapprendre à vivre seul et tenir
Rompre les liens serrés par l'habitude
Tout en attendant les moments, les pires

Oh ces nuits, ces nuits de solitude
Les yeux ouverts, le plafond blanc, le bruit du temps
Qui passe et se bouscule
Des images que l'on chasse mais qui reviennent tout le temps

Le matin que l'on a vu arriver
Se lever sans réfléchir, s'habiller
Sortir dans la rue, rencontrer des gens
Sourir et oublier jusqu'au moment

Oh ces nuits, ces nuits de solitude
Les yeux ouverts, le plafond blanc, le bruit du temps
Qui passe et se bouscule
Des images que l'on chasse mais qui reviennent tout le temps

Se rencontrer par hasard et jouer
Parler sans rien dire mais se regarder
Et puis ces heures devant le téléphone
La tête dans les mains en attendant qu'ça sonne

Et ces nuits, ces nuits de solitude
Les yeux ouverts, le plafond blanc, le bruit du temps
Qui passe et se bouscule
Des images que l'on chasse mais qui reviennent tout le temps

Ces nuits de solitude
Les yeux ouverts, le plafond blanc, le bruit du temps
Qui passe et se bouscule
Des images que l'on chasse mais qui reviennent tout le temps

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu

Jean Mareska : "Les nuits de solitude" était une chanson que Goldman avait proposée à Taï Phong en anglais et que le groupe avait refusée. En français comme en anglais, Jean-Jacques écrivait tout, paroles comme musique. La seule chose qui le "gonflait" vraiment, c'était le mixage. Il y assistait mais ne voulait pas intervenir. Il disait souvent qu'à partir du moment où il avait fini de mettre sa voix sur la bande, il avait fini son boulot et que c'était mon affaire et celle de l'ingénieur du son. Il faut dire que pour poser sa voix, ça allait très vite : en une ou deux prises il était en place, avait le feeling, était parfait. La seule chose qu'il demandait c'est qu'on le prévienne 20 minutes avant de chanter pour qu'il aille se remplir l'estomac, en allant acheter deux ou trois brioches, pains au chocolat, croissants... Malheureusement, ce deuxième simple en solo n'a pas marché plus que le premier, ni moins que le troisième, Back to the city again, toujours en 1977. On a dû en presser 1 000 ou 2 000 de chaque et puis c'est tout. Je crois que Jean-Jacques n'a décroché aucune promo, ni en radio, ni en télé, en plus parce que l'équipe de promotion percevait très mal les velléités artistiques en solo de Jean-Jacques et devait se dire : "Mais qu'est-ce qu'il nous fait ?". Je me souviens d'une réunion un jour chez Warner, où la directrice de promotion m'a dit alors que j'annonçais le troisième disque de Jean-Jacques, "Encore lui. mais tu ne veux pas arrêter ? !"

Jean Mareska : "Goldman a chanté les Platters et le Disco"
Platine, août 1994
J.-P. P.


Jean Mareska : Il y a cependant dans les trois premiers disques de Jean-Jacques en solo, les trois pôles autour desquels il va construire tout son répertoire futur. D'abord, le social familial : le papa qui rentre à la maison après avoir perdu son boulot et auquel les enfants répondent "c'est pas grave papa, chante nous une petite chanson". Ensuite, il y a le social humain : la tristesse et la solitude de l'homme isolé même quand il est entouré, "Les nuits de solitude". Enfin, il y a l'humour sur le social avec "Back to the city again", l'histoire de citadins qui partent élever des moutons à la campagne, se rendent compte de ce que sont les réalités à la campagne et reviennent vite à la ville respirer le bitume. Il y avait même un côté un peu provoc.

Jean Mareska : "Goldman a chanté les Platters et le Disco"
Platine, août 1994
J.-P. P.


Ludovic Lorenzi : En ce qui concerne les 45 tours de Jean-Jacques, on va revenir là-dessus. Comment lui est-il venu l'idée de faire un 45 tours en français ? Il chantait en anglais dans Taï Phong, est-ce qu'il avait déjà envie de faire de la variété ?

Jean Mareska : Oui, oui. Je pense que c'est à l'époque de "Windows". On était très proches à l'époque et on allait bouffer les uns chez les autres, il venait à la maison, j'allais chez lui ; j'ai vu grandir ses enfants, et il a vu grandir les miens par la même occasion. J'ai même une photo de mon fils aîné, qui a 28 ans aujourd'hui, qui devait en avoir quatre ou cinq à l'époque, accoudé sur un piano Fender sur lequel il y a Jean-Jacques en train de jouer. Alors, il garde la photo précieusement, bien sûr. Et Jean-Jacques m'a dit "Je veux faire des trucs en français". L'influence Berger. On a aménagé le contrat de Taï Phong de façon à ce que la sortie des singles de Jean-Jacques ne perturbe pas les éventuels futurs enregistrements, les futures sorties de Taï Phong et puis on est entrés en studio avec Jean-Jacques. Et puis, on a fait un premier single, et puis on s'est vautrés, et puis on a recontinué avec Taï Phong derrière, et puis on a fait un deuxième single et on s'est vautrés et puis on a fait un troisième L'idée était peut-être pour Jean-Jacques d'avoir une espèce de carrière double, à vrai dire, à la Phil Collins, à l'époque où Phil Collins Faisait du solo et continuait à jouer avec Genesis. Et puis, bon, les singles en français de Jean-Jacques n'ont pas fonctionné. Et pourtant, il y avait tout dedans, tout ce que j'ai écouté et entendu de lui depuis. Il y avait l'humour, les préoccupations sociales. "C'est pas grave papa", c'est une vrai chanson avec une vrai préoccupation sociale. "Back to the city again", il y avait déjà l'humour de Jean- Jacques là dedans. Il y avait les prémices. C'était pas le moment, peut-être que les chansons étaient pas suffisamment abouties, affirmées. Et puis, peut-être que c'était pas le moment, tout simplement. Et puis, il avait quand même aussi, néanmoins, cette estampille Taï Phong. Il fallait expliquer aux médias, d'un seul coup, pourquoi le chanteur, leader d'un groupe qui chante en anglais et qui fait de la musique progressive se mettait à faire des chansons en français. Donc, ce n'était pas très simple.

Ludovic Lorenzi : Vous aviez dit que la maison de disques en avait pressé 1 000 ou 2 000 exemplaires, ce n'était peut-être pas assez pour faire un succès, sans compter le manque de promotion.

Jean Mareska : Si. Les choses ont relativement peu changé. Aujourd'hui, quand on sort un single d'un artiste, la maison de disque ne se risque pas à en fabriquer 100 000 d'un seul coup, même si elle pense qu'elle va les vendre. Elle commence à en fabriquer 2 000, à faire de la promo. Puis quand la promo commence à démarrer, on essaie d'estimer ce que les retombées promo vont générer en terme de ventes. Mais on ne fabrique jamais 200 000 disques d'un seul coup.

Ludovic Lorenzi : En ce qui concerne l'implication de Jean-Jacques dans ses titres solos, jusqu'où s'impliquait-il ? J'ai lu une interview de lui qui date de décembre 1981, donc, il sortait fraîchement de Taï Phong, il venait de sortir son album. Il n'avait pas encore de succès avec "Il suffira d'un signe", le succès ne viendra qu'en mars 1982. Il disait que pour ses trois singles, il n'avait pas grand chose à faire puisqu'il y avait un arrangeur qui orchestrait la chanson, et lui, il n'avait plus qu'à poser sa voix. Est-ce que c'est vrai ?

Jean Mareska : Oui, c'est vrai. Complètement. Avec Jean-Jacques, on rentrait dans un schéma de variété. Donc, qui dit variété dit généralement arrangeurs, musiciens de studio. Et même s'il était présent, il était là tout au long des enregistrements, il se voyaient avec l'arrangeur auparavant, ils parlaient un peu de la manière dont les choses allaient être, dont la ou les chansons allaient être arrangées. Et puis au bout d'un moment, on rentrait en studio, il était là, il donnait quelques indications, il amenait quelques corrections pour que ça sonne comme il avait envie que ça sonne. Mais, c'est vrai qu'on n'était plus dans un schéma d'un enregistrement de variété classique plutôt que d'un travail de groupe où les cinq musiciens sont supposés être en studio ensemble, où il y a beaucoup plus d'interactivité entre chacun des musiciens, si vous voulez.

Ludovic Lorenzi : Est-ce qu'il vous avait proposé plus de titres ? Là, ça fait en tout six titres. Est-ce qu'il vous proposait plus de titres et vous faisiez un choix ?

Jean Mareska : Oui, il proposait plus de titres et on faisait un choix comme ça, d'un commun accord, lui et moi.

Rencontre avec Jean Mareska
Issy-les-Moulineaux, 20 juillet 2001


Ludovic Lorenzi : Donc, ça a marché. Le succès a un peu porté ses fruits aussi par rapport à Taï Phong puisque en 1984, grâce au succès de Jean-Jacques Goldman, Taï Phong ressuscite puisque WEA ressort les disques de Taï Phong et une compilation appelée "Les années Warner". Est-ce qu'on vous en a parlé ? On vous a consulté pour ça ? Jean Mareska : En 1984, on se voyait encore pas mal avec Jean-Jacques. Moins, parce qu'il commençait à être vraiment hyper occupé, mais on se voyait de temps en temps. Et un jour, il m'appelle et me dit "Ecoute, il y a un truc bizarre chez Warner, les gros malins, bien sûr. Ils vont sortir un albun qui s'appelle "Jean-Jacques Goldman / Taï Phong, les années Warner". Ils m'ont envoyé le test pressing de l'album et je trouve ça vraiment bizarre. Ça t'embête de l'écouter ?". Non, bien sûr. Donc, on se voit, il me file le test pressing, je rentre chez moi, je l'écoute. Il y a les six chansons en français de Jean-Jacques sur une face et trois titres de Taï Phong sur l'autre. Sur les six chansons en français de Jean-Jacques, il y avait deux chansons qui n'étaient pas les masters originaux mais qui étaient des playbacks télé. Jean-Jacques avait, et a toujours, une manière très simple mais très efficace de construire des chansons. Généralement, vous avez une intro, vous avez un premier couplet où il chante lead, vous avez un deuxième couplet où il double sa voix, où il harmonise sa voix, vous entrez dans un refrain et là, comme c'était les playbacks télé où il était supposé chanter en direct, ça donnait qu'on avait l'intro et tout le premier couplet, il n'y avait pas de voix. Puisque la voix avait été retirée pour faire le playback télé. Et d'un seul coup, au deuxième couplet, on entendait le doublage de voix seulement. Alors, je le rappelle, je lui dis "Effectivement, ils ont fait Il y a ça et ça". Il les rappelle, il le leur dit, ils refont un pressage, ils retrouvent des bandes Et puis finalement, ils ont fait cet album. Il y a eu encore d'autres péripéties, des erreurs sur la pochette Jean- Jacques a demandé à ce que mon nom y figure, ce à quoi Warner n'avait pas pensé. Et puis le directeur du marketing de Warner à l'époque, pour l'accumulation de gaffes faites sur cet album, a envoyé une pile d'une vingtaine d'albums de Gaston Lagaffe à Jean-Jacques pour la petite histoire [rires].

Ludovic Lorenzi : C'est vrai que ces disques dont vous parlez, avec les versions playback, sont sortis dans le commerce puisqu'on en trouve encore chez les collectionneurs.

Jean Mareska : Je ne savais pas que c'était sorti dans le commerce.

Ludovic Lorenzi : Il y a "Back to the city again", "Jour bizarre" et "Les nuits de solitude". Il y a ces trois-là mais sur des pressages différents. C'est assez éparpillé, on ne retrouve pas les trois mêmes sur le même disque.

Jean Mareska : Ça aurait été beaucoup plus simple, même si je ne faisais plus partie de WEA à l'époque, de me passer un coup de fil en me disant "Jean, tu ne veux pas assurer la supervision de ce disque". Et en plus, j'avais les doubles chez moi, j'avais les doubles de toutes les bandes. Je pouvais rapidement rattraper l'affaire.

Rencontre avec Jean Mareska
Issy-les-Moulineaux, 20 juillet 2001


Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu

bientôt...

 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris