Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Deux centres du monde

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Jean-Jacques Goldman
Compositeur : Jean-Jacques Goldman
Editée par : Réserves I.R.G.

Version originale
Année : 2004
Interprétée par : Liane Foly
Distribuée par : ANA Label Limited / Up Music

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
2004 Liane Foly CD La chanteuse de bal 834511098-2
2004 Liane Foly CD+DVD La chanteuse de bal 834511104-2


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Aucune reprise connue.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

A cet endroit, il y avait un marché,
Des gens, des voix, comment l'imaginer,
Dans ce silence, ces immeubles éventrés,
Dans les méfiances, de ces rues déchirées.

Les âmes ont parlé quand les mots n'ont pas suffi,
Elles ont laissé leurs empreintes de ruine de nuit,
Dans un morceau de miroir une fille se maquille,
Ailleurs un garçon se rase et s'habille.

Elle danse parmi les décombres,
Il lui sourit quand plus loin d'autres tombent,
Elle rêve et s'envolent les bombes,
Deux amoureux comme deux centres du monde.

A cet endroit, il y avait un marché,
Des gens, des voix...

La faim, la peur, elle caresse sa peau,
Combat, malheur, il espère ses mots,
Le froid, le manque, elle n'attend que ses mains,
Le feu, les tanks, ses cheveux, ses parfums.

Une herbe oubliée pousse au milieu des cailloux,
Sous les nuages gris, passe un rayon de soleil,
Une source coule venue l'on ne sait d'où,
La vie, l'amour, les revanches éternelles.

Elle danse parmi les décombres,
Il lui sourit quand plus loin d'autres tombent,
Elle rêve et s'envolent les bombes,
Deux amoureux comme deux centres du monde.

Elle danse et le reste s'efface,
Il la regarde et tout change de place,
Elle tourne et l'entraîne à sa ronde,
Deux amoureux partout deux centres du monde.

La fin, la peur, elle caresse sa peau,
Combat, malheur...

Elle danse parmi les décombres,
Il lui sourit quand plus loin d'autres tombent,
Elle rêve et s'envolent les bombes,
Deux amoureux comme deux centres du monde.

Elle danse et rit sous les caresses,
Il l'embrasse et les ombres disparaissent,
Dans chaque baiser, chaque seconde,
Les amoureux autant deux centres du monde.

Elle danse parmi les décombres,
Il lui sourit quand plus loin d'autres tombent,
Elle rêve et s'envolent les bombes,
Deux amoureux comme deux centres du monde.

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu

Emmanuel Marolle : Votre précédent album, "la Chanteuse de bal", a été un échec commercial ?

Liane Foly : Oui mais c'est, entre autres, la faute de la maison de disques qui n'a pas bien travaillé. On ne trouvait pas l'album dans les magasins. Pourtant, j'en ai fait de la promotion ! Mais moi, j'ai eu des parents commerçants et je sais que si on ne met qu'une seule savonnette en place, on n'en vendra qu'une.

Emmanuel Marolle : Et artistiquement ?

Liane Foly : Le disque n'était pas du tout réussi, très brouillon. Je me cherchais peut-être à ce moment-là. Il y a des moments où il vaut mieux s'abstenir, alors que moi, j'ai sorti douze albums en vingt ans, c'est peut-être un peu trop. Jean-Jacques Goldman a fait deux chansons qui n'avaient rien à voir avec le reste. Et puis, les retrouvailles avec André Manoukian pour cet album étaient une très mauvaise idée. La preuve aujourd'hui.

Liane Foly : "J'aime déranger"
Le Parisien, 21 avril 2008


Dominique Parravano : Est-ce à dire que vous reniez votre précédent album, La chanteuse de bal, qui a été un échec commercial et qui était peut-être un peu plus fourre-tout avec néanmoins certaines chansons très réussies ?

Liane Foly : Non, je ne renie rien mais javoue que le disque était très brouillon. Je me cherchais peut-être à ce moment-là. Il y a des moments où il vaut mieux sabstenir. Jean-Jacques Goldman a fait deux chansons beaucoup plus variété et qui navaient rien à voir avec le reste. Et puis, les retrouvailles avec André Manoukian pour cet album, avec le recul, nont peut-être pas été une très bonne idée.

"La vie est courte, vous savez..."
Le Journal des Plages, 16 mai 2008


Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu

bientôt...

 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris