Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

C'est dit

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Jean-Jacques Goldman
Compositeur : Calogero
Editée par : Les poupées / J.R.G.

Version originale
Année : 2009
Interprétée par : Calogero
Distribuée par : Rapas / Mercury Universal

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
2009 Calogero CD single "C'est dit" ???
2009 Calogero CD "L'embellie" 531 720-2
2010 Calogero Double CD "Best of VO/VS"


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Aucune reprise connue.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

Des chansons, des filles
Beaucoup de verres et de nuits
Telles étaient nos heures
Telles étaient nos vies
Futiles adolescents, tout nous était permis
Rois de pacotille, princes démunis
On nest riche que de ses amis
Cest dit

Le temps des tempêtes arrive
Avant quon lait prédit
Amours impossibles
Défaites, ironies
Quand tout sabîme, quand même nos rêves fuient
Il ne reste quune île, un port, un parti
On nest riche que de ses amis
Cest dit

Cest dit

Mais quand tout sallume
Quand tout enfin nous sourit
Gloire, fêtes, symphonies
Bravo, bijoux, frénésies
Quand on me saoule dimposture ou damnésie
Honneur et fortune
Quen sais-je aujourdhui ?
Je ne suis riche que de mes amis
Cest dit

Honneur et fortune
Quen sais-je aujourdhui ?
Je ne suis riche que de mes amis
Mes amis
Cest dit

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu

Thierry Coljon : Jean-Jacques Goldman signe le texte du premier single, C'est dit qui parle de l'amitié

Calogero : On n'est pas ami mais on s'aime bien. On n'avait jamais fait de chansons ensemble. J'ai voulu travailler avec lui d'abord parce que je trouve que c'est un bel auteur. J'aime beaucoup ses textes, plus que ses musiques. Je trouvais intéressant de le faire travailler sur une musique qui n'a pas de refrain. Il m'a dit qu'elle était bizarre, ma chanson. Je lui ai dit : Trouve l'accroche. Il en a trouvé deux : "On n'est riche que de ses amis" et "C'est dit". Pour l'anecdote, je trouvais très amusant de réunir sur le même album Dominique A, Dick Annegarn et Jean-Jacques Goldman. Ça, c'est moi !

"L'embellie", le nouveau Calogero
Le Soir (Belgique), le 21 avril 2009


Calogero : J'ai tenu à ce qu'il soit là parce que c'est un très bon auteur. Pour Goldman, j'ai choisi une chanson particulière où il n'y a pas de refrain, "C'est dit". Je voulais voir comment quelqu'un comme Jean-Jacques Goldman qui fait des chansons avec des refrains que tout le monde connaît pouvait s'en sortir avec cette musique. Voir s'il pouvait trouver l'accroche. Il m'a appelé et il m'a dit: mais elle est où l'accroche ? Je lui ai répondu: Mais il n'y en a pas ! Et finalement, il en a trouvé deux : "on est riche que de ses amis" et "c'est dit". C'était rigolo de travailler avec lui sur un titre comme ça.

7sur7.be : C'est une chanson qui parle de l'amitié. Un sentiment qui vous est cher ?

Calogero : Oui. C'est une chanson qui dit plusieurs choses : malgré ce qu'on peut réussir dans la vie, la vraie richesse, c'est de ne pas se retrouver seul, c'est d'être entouré de ses deux, trois vrais amis. C'est une manière aussi de dire qu'on n'a pas beaucoup d'amis.

7sur7.be : Dans le clip, il y a une apparition de Casimir. Parce que vous êtes nostalgique du bon vieux temps ?

Calogero : L'idée est un peu décalée et saugrenue, c'était pour faire des références à ce que j'ai aimé. J'aime bien, avec les gens de ma génération, parler de cette époque de la télé. Ce qu'il y a de bien dans la musique, c'est de prolonger cette enfance et cette adolescence... Si on m'avait dit à 5, 6 ans, un jour tu vas rencontrer Casimir et le prendre dans tes bras, je n'y aurais pas cru. C'était une sensation un peu bizarre. Au départ, je croyais que c'était le vrai mais c'était sa doublure. Comme il a la même voix et les mêmes gestes, c'est une star. C'est tout un protocole pour l'accueillir. C'était drôle. On était dans le tournage du clip et j'ai passé une porte et il était là, et il n'avait que les pieds. Ça casse le mythe !

7sur7.be : C'est vous qui soufflez les thèmes de vos chansons ?

Calogero : Sur cet album-là, j'en ai soufflé pas mal. En général, quand je propose une musique, je ne donne pas forcément de thème.

Calogero profite de L'embellie avec Goldman, ses filles, Casimir... et vous !
7sur7.be, le 21 avril 2009


Talia Soghomonian : Dans la chanson "C'est dit", signé Goldman, tu chantes : "Je ne suis riche que de mes amis." Quelle place ont-ils dans ta vie ?

Calogero : Mes amis ont une place très importante. Je les vois beaucoup, je les appelle beaucoup, ils me soutiennent. J'avais envie de leur rendre hommage sans que ce soit "neuneu". J'ai parlé du thème à Jean-Jacques Goldman et je savais qu'il pouvait écrire en peu de lignes quelque chose de touchant.

Calogero : "La mélancolie, c'est ma nature"
Metro, le 23 avril 2009


Thierry Baumann : Tu es allé chercher des auteurs dans des univers très différents ?

Calogero : Oui, ils n'ont a priori pas le même univers que moi. Ce qui est intéressant, c'est la découverte de l'autre, de gens que tu ne connais pas et qui ont forcément un avis sur ta musique, avoir leur point de vue, savoir s'ils vont être inspirés ou pas par ma musique. C'est ça qui est intéressant. C'est assez intime de confier mes musiques à des auteurs. Je passe beaucoup de temps sur les mélodies, pour faire en sorte qu'elles soient émouvantes en y incluant mes références. Je me mets à leur place, y mettre des mots n'est pas facile pour l'autre. C'est pour ça que j'ai voulu aller chercher des auteurs avec qui je n'avais jamais travaillé pour avoir un regard neuf et chanter de nouveaux mots.

(...)

Thierry Baumann : On va dire que tous ces auteurs ont raconté une histoire qui t'a convenu mais tu leur as quand même indiqué ce que tu voulais dire. Il y avait déjà des intentions de ta part dans cet album.

Calogero : C'est peut-être l'album le plus viscéral. J'étais chargé d'émotions et je savais où je voulais en venir, ce qui n'est pas toujours le cas. Parfois je fais des mélodies, je me dis on verra bien, on parlera peut être de ça, ou de ça... Si ce n'est de suggérer des thèmes, j'ai essayé d'avoir des entretiens avec les gens, de parler avec eux. Les seuls textes que j'ai mis en musique sont les textes de Dominique A, avec qui j'ai dû parler une heure. Je lui ai raconté ce que je vivais sur le moment, pour qu'il puisse sentir un peu à qui il a affaire. Un mois après j'ai reçu 4-5 textes magnifiques et je les ai mis en musique.

Revenons un peu en détail sur ces auteurs et ce qu'ils ont pu t'apporter. Ils ont une couleur. Tu savais à qui t'adresser, tu connaissais leurs états d'esprit. (...)

Calogero : (...) Ce qui me plait est de faire des chansons qui restent lisibles, compréhensibles, mais avec quelque chose de sophistiqué. C'est ça qui me plait, que ce soit à la fois populaire et sophistiqué. Cet album reflète bien la manière dont je conçois la musique, plein de gens d'horizons différents qui se retrouvent sur le même album. C'est comme ça que je conçois la musique. Il y a aussi bien Kent, Dominique A, Jean-Jacques Goldman que Marc Lavoine, qui sont des chanteurs très différents. Finalement, que l'on soit derrière un piano ou le stylo à la main, cela reste des bons auteurs, c'est ça qui m'intéresse chez eux.

(...)

Thierry Baumann : Le premier single, cette chanson écrite par Jean-Jacques Goldman, avec cette chanson très personnelle, plante le décor, la toile de fond de l'album. Quelque part, tu nous fais entrer dans une certaine intimité ?

Calogero : Oui, la chanson "C'est dit" est une chanson sur l'amitié. Comme plein de gens, c'est très important pour moi. Malgré tout ce qu'on peut réussir dans la vie, le pire de tout est de se retrouver seul. La solitude que l'on n'a pas choisi, c'est ce qu'il y a de pire. Je suis très heureux d'avoir quelques amis, je n'ai pas beaucoup de vrais amis, et faire des diners un peu à l'ancienne, comme Ventura le faisait avec ses potes. J'aime bien faire des pâtes à mes amis. La chanson et le clip reconstituent bien ma vie.

(...)

Thierry Baumann : Tu aimes bien toutes ces histoires musicales épiques, ce côté Pop Symphonique.

Calogero : J'aime de plus en plus ne pas chanter les refrains, c'est ce qui se passe dans cet album, il n'y a pas beaucoup de refrains. Il n'y a que "L'Ombre et la Lumière" dans laquelle il y a un refrain, sinon il n'y en a pas. Je raconte des choses dans les couplets et je lance de la musique dans les refrains.

Interview: Calogero
Sortiraparis.com, le 27 avril 2009


Maryse Bunel : Pour composer cet album, vous vous êtes entouré de nombreux auteurs. Comment avez-vous réussi à les convaincre ?

Calogero : C'est toujours pareil. On parvient à convaincre ou pas avec les musiques. Ma spécificité : être un chanteur pop, un chanteur populaire dans le beau sens du terme. Avec de telles collaborations, je découvre des gens. C'est intéressant lorsque l'on est compositeur et pas auteur, il y a une plus grande richesse artistique.

Maryse Bunel : Comment avez-vous travaillé avec ces auteurs ?

Calogero : Je compose toujours les mélodies avant d'avoir les textes sous les yeux. (...) Avec Jean-Jacques Goldman, je lui ai présenté cette musique et il m'a demandé quel thème j'avais envie d'aborder. Je lui ai répondu : mes amis. Avec cette chanson, je pense à Lino Ventura qui préparait toujours des pâtes à ses copains comédiens. Moi aussi, j'aime cuisiner. J'aime quand mes amis viennent chez moi. Ils sont près du bar et moi, je leur prépare un repas. J'adore faire cela. Je trouve que l'on est riche de ses amis.

Calogero : "On est riche de ses amis"
Paris Normandie, 10 novembre 2009


Calogero : Ce que j'ai trouvé intéressant, c'est que j'ai pris des risques de structure. Par exemple, le titre "C'est dit" a fait exploser l'album, quand il est sorti en single. Jean-Jacques Goldman, qui a écrit ce titre, m'a dit : "Tu veux envoyer ça ?" C'est vrai, il n'y a pas de refrain mais tant mieux. C'est anti-formaté. Cela a montré que les gens étaient friands de ça.

Calogero à Grenoble: "Le succès, ça ne tient qu'à un fil"
Grenews.com, 11 mars 2010


Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu

bientôt...

 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris